Balade irlandaise : les approches d’un pèlerinage incontournable dans l’autre pays du golf.

À l’instar de l’Écosse, l’Irlande est une destination qu’il faut avoir connu dans sa vie de golfeur pour avoir un  avant-goût du paradis, celui qui nous attend quand on aura passé les clubs à gauche…

Par Roland Machenaud (texte et photos)

Alors comment bâtir son itinéraire quand on se lance à la découverte des 440 golfs de l’ile dont un tiers sont des links ?

Nous avons testé et choisi 4 approches différentes pour réussir votre parcours en Irlande.

Les parcours mythiques

Royal Portrush – Royal County Down – Portmarnock – Waterville

attachment-2

Un pèlerinage dans l’autre pays du golf impose des arrêts dans les principales cathédrales que possède l’Irlande. J’en ai retenu quatre, deux links au Nord et deux links au Sud.

Au Nord, Royal Portrush et Royal County Down sont les deux parcours parmi les plus cités quand les spécialistes internationaux se prêtent au jeu du plus beau golf du monde. Et c’est justifié, au même titre que Turnberry, Saint-Andrews ou Carnoustie.

Si j’ai une préférence pour Royal County Down à cause de son cadre extraordinaire entre montagne, mer et village côtier dominé par une église d’ardoise et de briques, il faut avouer que Portrush convaincra les sportifs les plus exigeants. Créé en 1888, le club possède deux parcours dont le plus célèbre fut dessiné par Harry Colt (qui venait de réaliser Chantaco !). Portrush fut, en 1951, le premier club à accueillir l’Open britannique en dehors de l’Ecosse ou de l’Angleterre. Quant à Royal County Down, la griffe de Old Tom Morris résiste au vent et attaques océaniques. Il faut compter 200 euros pour jouer ces bijoux irlandais.

Portmarnock – le préféré d’Olivier Léglise… et de Padraig Harrington -, a l’avantage de se situer près de Dublin : on aperçoit d’ailleurs très bien le parcours avant d’atterrir à l’aéroport. Golf Digest classa le parcours irlandais en première position en 2009 pour ses qualités « fair et challenging ».

Enfin Waterville, au bout du bout du Kerry, n’est pas en soi une cathédrale, plutôt une église romane, mais reste un monument historique de l’esprit links que recherche le golfeur passionné. Et reste un mythe plus abordable que les autres.

Les meilleurs rapports qualité/prix

Sligo – Connemara – Dooks – Saint Anne’s

attachment-1

Question prix, l’Irlande offre une quantité de « hidden gems », de trésors cachés, parmi lesquels j’ai choisi quatre formidables parcours qui, à eux seuls, méritent une échappée en Irlande.

Près de Dublin, et non loin de Portmarnock, contingent du Royal Dublin, je retiens Saint Anne’s pour sa situation sur la mer d’Irlande, sa facilité d’accès, son restaurant panoramique et sa soupe de poissons ainsi que pour ses green-fees à partir de 40 euros seulement !

Même ambiance au golf de Sligo à Rosses Point sur la cote ouest, un des clubs les plus sympas et les plus sportifs d’Irlande qui propose un pass de trois golfs à 139 euros. Merveilleux links centenaire, simplement troublé par des fous de kite-surf luttant contre vents et vagues déchainés.

Au milieu de cette côte ouest, le célèbre Connemara – chanté par Michel Sardou et dernière retraite du général de Gaulle en mai 1969 – et Dooks plus au sud à l’accueil tellement chaleureux vous attendent à des prix comparables.

Mais j’aurais pu aussi citer aussi le parcours paumé en montagne de Coollattin près de Shillelagh aux 60 essences d’arbres, le 9 trous perdu de Cruit Island dans le comté de Donegal accessible par un pont, ou l’autre 9 trous de Fintona dans le comté de Tyrone autour d’un torrent poissonneux.

Des trésors à des prix bien bas que les Irlandais, fiers de leur pays, vous aideront à découvrir après une Guiness partagée dans un pub au coin de la rue. Golf et rugby serviront de plats principaux.

LES INLAND CAMPAGNE+REPOS+GOURMANDISE

Fotta island – Glasson

attachment Pour ceux qui préfèrent la campagne confortable, le calme et la gastronomie, deux haltes à retenir.

Non loin de Cork d’abord, le très classe Resort de Fota Island qui abrite trois parcours superbes Deerpark, Belvelly et Barryscourt. Tellement superbes qu’ils accueilleront le Irish Open en juin prochain ! L’entretien du terrain est un modèle du genre et certaines vues sur la forêt, la vallée et la rivière voisine obligent à sortir l’appareil photo. Quant à l’hébergement, la restauration et le spa, leur qualité colle à l’excellence ! Un lieu de détente et de repos tel qu’on l’imagine quand tout s’agite autour de vous ! Un conseil : demander au barman de vous concocter une dégustation de whiskeys irlandais : une découverte rare.

Quant à Glasson, situé en plein cœur de l’île, s’il n’atteint pas le luxe de Fota, il bénéficie d’une ambiance familiale – celle de la famille Reid – qui fait de tout hôte un cousin de passage. Le golf, ici aussi dessiné par le légendaire joueur irlandais Christy O’Connor, il est relativement long et difficile mais ouvert à tous. Les chambres sont spacieuses et très calmes.

LES PERLES CLASSIQUES OU MODERNES

Ballybunion – Old Head – K Club – Tralee

Enfin, il existe quelques parcours à épingler à son tableau de chasse avant de quitter l’Irlande.

Aussi bien, des classiques tels le fameux Ballybunnion, classique par son Old Course 1893 mais aussi plus contemporain avec son Cashen course dessiné par Trent Jones en 1984 (respectivement 180 et 90 euros).

Le plus scénique – peut-être du monde !- est incontestablement au sud l’Old Head près de Kinsale, charmant port de pêcheurs qu’il faut découvrir à pied, lentement, en se laissant bercer par les effluves de bière et les embruns salés. Kinsale, lieu de conflit violent entre catholiques et protestants, témoin d’une histoire entre vieux monde gaëlique, puissance anglaise et prétention espagnole. Old Head, éperon qui coupe la mer en deux, doit se jouer le matin de bonne heure, quand le brouillard se lève et que le soleil éclaire les falaises.

On ira au K club pour se rappeler la Ryder Cup 2006 et l’équipe d’Europe qui avait écrasé les USA sur le parcours dessiné en 1991 par Arnold Palmer. En plein centre de l’ile, on est ici dans l’industrie du golf –le propriétaire est le grand entrepreneur irlandais Smurfit – où tout a été pensé pour votre plaisir.

Autre perle nouvelle : également une réalisation du grand Palmer, le golf de Tralee que je classerai sans conteste parmi les meilleurs d’Irlande. Un links moderne dans un décor millénaire. Mention très bien !

attachment-4 Une adresse à ne pas rater : Killeen House

L’Irlande possède des dizaines de belles adresses où séjourner – notamment de B&B – mais s’il ne fallait en retenir qu’une où séjourner, ce serait Killeen House pour son accueil, son prix raisonnable, la qualité « cosy et cooconing » proposée par Geraldine Rosney, sa patronne de caractère et par son cadre champêtre. Sans parler de son petit déjeuner, champion du monde toutes catégories !

Et puis, sa situation dans le Kerry près de Killarney est un bon point de départ pour jouer des golfs magnifiques comme Tralee, Dooks, Waterville et évidemment Killarney qui a accueilli l’Irish Open plusieurs fois dans un paysage digne d’une peinture du XIXe, entre montagne et lac.

attachment-5

Carnet pratique

Pour se rendre en Irlande, pas moins de 13 aéroports sont prêts à vous accueillir dont les plus célèbres sont : Dublin, Cork, Shannon et Galway. Air Lingus assure des liaisons quotidiennes de Paris, et plusieurs par semaine avec Nice, Lyon, Bordeaux, Rennes, Marseille, Toulouse…

En ferry, les ports de Cherbourg et de Roscoff propose des traversées qui durent entre 14 et19 heures.

L’Irlande est une île de 486 kms de long et de 275 kms de large. Les langues officielles sont le gaëlique et l’anglais. Le climat est doux et tempéré avec des températures estivales comprises entre 15° et 20°. Prévoir vêtements de pluie … et lunettes de soleil.

Les premières traces de population remontent à 6 000 ans avant JC. Les Vikings qui devaient marquer l’histoire de l’île durablement s’y installèrent en l’an 795. À cause du mildiou et de la famine, deux millions de personnes émigrèrent vers les Etats-Unis et les pays de l’Empire britannique. On évalue cette diaspora aujourd’hui à 80 millions de personnes dont plus de un million en France.

Passeport ou Cni sont exigés à l’entrée du pays et aucune vaccination est obligatoire. Pensez à emporter votre carte européenne d’assurance maladie.

Et la conduite est à gauche, of course !

Quant aux parcours et à l’hébergement, vous trouverez tout sur www.golf.discoverireland.ie

Deux adresses à Dublin : l’une utile, l’Alexander Hotel bien situé et très correct en prix, et l’autre originale près des parcours du nord de la ville, le Clontarf Hotel, un vieux château rénové.

attachment-7

 

À propos de l'auteur

Roland Machenaud vit au Pays Basque où il s’est installé il y a vingt ans après une vie itinérante qui la conduit de Toulouse à Washington en passant par Heidelberg et Paris. Il a fondé et dirigé plusieurs journaux et magazines régionaux dans le sud-ouest de la France. Actuellement membre de l’association européenne des journalistes de golf IGTWA, et en partenariat avec sa femme photographe Marie, il couvre pour plusieurs grands événements internationaux.

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *