Sivory Punta Cana*****, Chacun cherche son coin

01.jpg

Pays : République Dominicaine

Région : Punta Cana

Allez, on vous épargnera la combinaison du calme, du luxe et de leur copine volupté.

La tentation est grande pourtant, lorsqu’il s’agit d’évoquer cette adresse ouverte sur l’Atlantique, estampillée, à juste titre, Small Luxury Hotels. La route qui y mène cahote juste ce qu’il faut pour suggérer un effluve de petit bout du monde. Peu d’hôtels alentours : on prie pour que cela persiste. Dans l’intimité de ses 55 suites le Sivory Punta Cana snobe la floppée de resorts au gigantisme déprimant qui déprécie souvent la destination.

 

 


Bonne nuit

Certes, les petits bâtiments aux façades saumonées ne gagneraient pas un grand prix d’architecture mais la déco intérieure et la taille généreuse des suites (de 60 à 88 m2) rendent hommage aux 5* de l’établissement : king-size bed et coin salon douillet, douche à jets puissants et baignoire à bulles, réfrigérateur et cave à vins à portée de verre… Mini-piscine pour les entités les plus luxueuses.

A table

Le Lavendera ponctue la journée : petit-déjeuner à la carte, déjeuner léger et dîner aux saveurs méditerranéennes. Pour une cuisine nettement plus inspirée et française, on grimpe d’un étage à la terrasse du Gourmond, le restaurant gastronomique de la région remarqué par la chaîne des Rôtisseurs. Assez surprenante, une immense baie vitrée révèle une vinothèque de plus de dix mille bouteilles. Une soirée asiatique? Le Tau affirme sa tendance fusion, plutôt fine et enlevée.

02.jpg

Pour un verre

En journée, Le Blu, inévitable bar-de-la-piscine dispense salades et sandwichs, cocktails et sodas. Version soir, le Sybbar accole les accords jazzy du pianiste à une belle palette d’alcools forts. Pour les amateurs, le fumoir dévoile une jolie collection de cigares.

Dehors

Les parties communes s’articulent autour d’une agréable piscine et la plage n’est jamais éloignée de plus de quelques dizaines de mètres. Ce joli ruban de sable blanc, fin et propre dissémine, parfois au gré de hauts buissons, transats et parasols. Touche supplémentaire de l’intimité recherchée, aucun sport nautique motorisé n’est proposé sur place.

Deux courts de tennis et un pitch and putt soignent les – petites – envies de bouger ; les concierges proposent par ailleurs une palette soignée d’excursions et d’activités : randonnées équestres, balades à vélo, golf, plongée sous-marine, ski nautique, pêche au gros…

Et encore ?

Une boutique pour du shopping local ou pallier les éventuels oublis. Un salon de coiffure. Un spa et sa carte de soins. Oui, il y a du wifi pour les accros du boulot.

 

03.jpg

C’est cheap

Le plastique imitation bois des transats, même équipés d’épais matelas et flanqué de parasol.

Une seule planche à voile et quelques rares surfs à disposition.

 

 

 
C’est chic

Un bel écrin à dimension humaine.

Un service attentif sans être obséquieux.

Le transfert aéroport en hélicoptère gratuit dans certains forfaits.

L’adresse

www.slh.com/sivory

Réservation : 00 800 525 48 000


Agrandir le plan

À propos de l'auteur

Après avoir grandi dans un hôtel parisien, traîné ses bottes entre une école de langues et la pampa argentine, Pascale est tombée par hasard dans le journalisme de tourisme. Formée par un vieux briscard au Figaro, elle a tout de suite choisi la voie de l’indépendance, voyageant pour les rubriques « tourisme » de supports aussi divers que « Le Nouvel Economiste », « Série Limitée », « Le Parisien », « L’Express », « Paris Absolument », « A nous Paris » ou « Libération »… Elle accomplit régulièrement des reportages sous toutes les latitudes pour le magazine pro « Tour Hebdo ». Elle est notamment et notablement spécialiste de la République dominicaine et de l’Argentine. Elle surveille également les nouvelles tendances de l’hôtellerie pour les magazines plus ciblés « Hôtel Restau Hebdo » et « HTR Mag ». En outre, Pascale a publié plusieurs guides pour « Le Figaro » et les Editions Mondéos. Elle est spécialiste du polar dont la dévoration en série lui a valu le surnom d’Animal Lecteur. Pascale est membre de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT).

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *