L’archipel des Baléares, la nature à l’état pur

L’archipel des Baléares dispose de l’une des offres touristiques les plus complètes d’Europe où la nature joue un rôle primordial.

Parcs naturels, parcs maritimes, réserve de la biosphère ou encore routes cylclotouristiques, les Baléares ne se limitent pas aux plages et la variété de paysages de l’archipel permet de découvrir chaque île à travers de nombreux itinéraires que ce soit en randonnée, à vélo, à cheval et même en kayak de mer.

Majorque, la grandeur des paysages

Majorque infotravel.fr
Déclarée Patrimoine Mondial de l’UNESCO dans la catégorie Paysage Culturel, la Serra de Tramuntana de Majorque est traversée par le sentier de Grande Randonnée (GR) 221. Surnommé la Route de la Pierre Sèche, il s’étend sur 164 kilomètres de sentiers balisés. Accessible à tous les randonneurs et toute l’année, cet itinéraire de randonnée longe principalement la côte en alternant avec des parties de dénivelé ascendant pour rejoindre certains sommets de la chaîne de montagne.
Il permet aussi de découvrir l’architecture et la gastronomie locale en traversant plusieurs villages de l’île et d’observer une végétation variée en raison des différents dénivelés.
Le GR22 relie les deux massifs montagneux les plus importants de Majorque, la Serra de Llevant et la Serra de Tramuntana. Depuis le village d’Artà, ce parcours de 43,8 kilomètres alterne des paysages de littoral vierge dans la Serra de Llevant et de reliefs montagneux jusqu’au village de Lluc dans la Serra de Tramuntana.
Cette route se compose de 5 étapes de randonnée. Chaque étape a ses particularités mais toutes comportent de nombreux points d’intérêt naturels et historiques. La première étape relie coll des Racco à Cala estreta en 1h55 sur un parcours d’environ 7 km. Cette première étape offre de beaux points de vue sur les criques aux eaux turquoise de la côte.
La deuxième étape part de S’Arenalet d’Albarca pour rejoindre Betlem sur un sentier de 14 km pour lequel il faut prévoir une randonnée de 4h00. Cet itinéraire qui mène les randonneurs jusqu’à la baie d’Alcudia, est marqué de nombreux aménagements naturels en terrasses et les vestiges du Campament des Soldats. La troisième étape débute sur le port de Colonia de St. Père et rejoint Son Serra en 2h00. Cet itinéraire de 7 km traverse notamment Son Serra de Marina, un quartier résidentiel
côtier dépourvu d’établissements hôteliers pour laisser place à la nature. Cette troisième étape peut être réalisée en empruntant la variante de Can Picafort, un chemin de 6,8 km qui début à Son Serra de Marina et se termine sur la plage de Son Bauló dans la commune de Can Picafort.
Depuis le belvédère de Ses Rotes de Caimari jusqu’au sanctuaire de Lluc, la quatrième étape de cette route s’étend sur 8 km. Il faut compter environ 2h00 pour rejoindre Lluc, un lieu empreint d’histoire à Majorque et un passage incontournable pour beaucoup de pèlerins.
Le GR22 est un sentier avec un faible dénivelé dont les deux points les plus élevés sont le Campament des Soldats dans la Serra de Llevant situé à 383 mètres d’altitude et le Coll de sa Batalla qui culmine à 578 mètres d’altitude.
La route d’Artà-Lluc est un paradis pour les passionnés et amateurs d’ornithologie qui pourront observer sur les différentes étapes des mésanges bleues, chardonnerets, goélands leucophées ou encore le très beau Serin Cini. Côté végétation, ce parcours est ponctué de nombreux arbousiers, palmiers nains ou encore de camomille sauvage. Sur les passages aux abords du littoral et des plages, il est possible d’observer plusieurs espèces de plantes et fleurs comme l’oyat ou le lis maritime qui se développent près des côtes.
Pour permettre aux voyageurs de réaliser cette route en intégralité, plusieurs refuges ponctuent le GR22 : le refuge de Son Amer, refuge de la Comuna de Caimari, refuge de S’Arenalet d’Albarca, refuge des Oguers, refuge de Son Real, refuge Hort de Son Serra.

Minorque, la nature à l’état pur


Déclarée Réserve de la Biosphère par l’UNESCO en 1993, Minorque préserve un environnement naturel qui abrite également un riche héritage culturel accumulé au fil des siècles.
Composée de deux types de formations géologiques différentes, Minorque est une île de contrastes et de diversité. Au nord de l’île, pierre foncée voir rougeâtre et ardoises occupent un terrain modelé par le vent. Au sud, les sols calcaires forment des paysages de roches et de plaines aux côtés de quelques-unes des plages les plus extraordinaires de l’île comme Cala Turqueta, Cala Macarella, Cala Macarelleta. C’est aussi dans cette partie de l’île que se forment les torrents en forme d’amphithéâtre façonnés par l’érosion et le temps.
Pour observer ces distinctions, rien de mieux que de parcourir le Camí de Cavalls, le sentier historique qui fait le tour de Minorque. Au-delà de la découverte des paysages marqués par l’influence du vent et du sel sur la végétation et la géologie de l’île, ce sentier permet aux randonneurs de se familiariser avec la gastronomie, la culture et l’histoire de Minorque.
Le Camí de Cavalls s’étend sur 185 km et se compose de 20 étapes au départ de Mahon. Torrents, vallées, phares, Parc Naturel de s’Albufera des Grau, Cap de Favaritx, tours de défense et criques au sable blanc accompagnent les randonneurs sur ce sentier qui fait le tour de Minorque. Certaines étapes traversent des zones de conservations déclarées SIC (Lieu d’importance communautaire) et ZPS (Zone de protection Spéciale des Oiseaux) par l’Union Européenne.
C’est aussi le terrain de jeu de nombreuses compétitions sportives qui se disputent tout au long de l’année, dont les fameux Camí de Cavalls 360° Epic, une épreuve en 3 étapes au mois de mars, ou encore le Compressport trail Menorca Camí de Cavalls qui a lieu en mai et qui est reconnu comme l’une des plus longues et plus dures épreuves européennes de trailrunning. Le défi ? Faire le tour de l’île à travers le Camí de Cavalls en réalisant un ou plusieurs des 5 parcours proposés allant de 35 km à 185 km pour le tour entier de l’île.

Ibiza, pas à pas


Ibiza est souvent caractérisée comme une île de charme et de mythes. Au-delà de la nature, les sentiers de l’île offrent de belles découvertes sur l’histoire et les influences des civilisations passées d’Ibiza :
parcs maritimes, villages blancs et remparts de Dalt Vila, la vieille ville d’Ibiza déclarée Patrimoine Historique de l’Humanité par l’UNESCO en 1999. Ancienne enclave punique, Ibiza garde encore aujourd’hui de nombreux vestiges de la période phénicienne comme le village de Sa Caleta et la nécropole de Puig des Molins. A cheval, à vélo, en kayak ou en randonnée, il existe plusieurs façons d’explorer Ibiza.
Sur la côte, au sud d’Eivissa, le Parc Naturel de Ses Salines composé de plusieurs étangs offre tous les jours un spectacle incroyable au coucher du soleil. Déclarée Réserve Naturelle en 2001, Ses Salines est aussi une zone de protection et de conservation de plusieurs espèces d’oiseaux.
210 espèces en tout ont été répertoriées dans ce parc naturel. Les plus courants étant les cigognes et les flamants qui vivent dans des milieux humides toute l’année.
Cette région abrite aussi les fameuses salines d’Ibiza et plusieurs tours de défense comme la Tour de Ses Portes. Une vue imprenable sur le Parc Naturel de Ses Salines, l’îlot de S’Espalmador et les côtes de Formentera s’offre aux voyageurs en quête de panoramas depuis le Puig del Corb Mari.
L’île se compose aussi de plusieurs routes balisées pour la pratique de la randonnée et du VTT à travers une campagne bucolique où se déroulent champs d’amandiers et collines verdoyantes. Les calanques d’Ibiza offrent de belles promenades le long du littoral parsemées de criques aux eaux cristallines. Les randonnées en kayak sont une aussi une bonne option pour ne pas passer à côtés des plages et criques les plus isolées. Déclarées Patrimoine de l’Humanité, les prairies de posidonie entre Ibiza et Formentera sont un paradis pour les amateurs de plongée et de snorkeling qui découvriront un écosystème protégé et des eaux purifiées grâce à l’action de la posidonie.

Formentera, un voyage en couleurs


Telle une carte au trésor Formentera se visite et se découvre à travers différentes routes accessibles à pied ou à vélo. La philosophie de l’île met en avant la déconnexion et le respect de l’environnement. Formentera est une île à parcourir en prenant le temps, que ce soit à pied sur les sentiers qui longent les falaises de la Mola ou à vélo sur l’une des 32 routes vertes de l’intérieur de l’île.
Il s’agit d’un réseau de plus de 100 kilomètres de chemins dont la plupart sont à parcourir à vélo mais aussi accessibles aux randonneurs. Ces 32 itinéraires aux distances et aux difficultés différentes, permettent aux touristes de découvrir les richesses naturelles de l’île.
Formentera possède une faune et une flore caractéristiques des zones humides. Le lac Pudent situé dans le Parc Naturel de Ses Salines au nord de l’île entre le port de la Savina et le village d’Es Pujols est un lieu incontournable pour l’observation des oiseaux. Le chemin d’Es Brolls longe une grande partie de ce lac d’eau douce dans laquelle se développe une végétation idéale pour la nidation des oiseaux. Juste à proximité du lac, la zone de Ses Salines connue pour ses tons et nuances de rose et de violet particulièrement visibles en été, constitue l’un des principaux vestiges naturels et culturels de la production de sel de Formentera. Les routes 2 et 3 du réseau de routes vertes empruntent des chemins qui mènent le voyageur à la découverte de ces zones.
Le paysage sous-marin de Formentera est largement dominé par la présence de prairies de posidonie considérées comme l’un des écosystèmes les plus importants de la Méditerranée. S’il est un endroit où l’on peut observer et se rendre compte de l’influence de la posidonie sur les eaux de la Méditerranée c’est bien à Formentera. Les paysages côtiers que longent les routes 1 et 19 offrent de belles vues sur les eaux turquoise de l’île.

 

Retrouvez et suivez l’actualité des îles Baléares sur :

www.illesbalears.travel

À propos de l'auteur

Robert Kassous à été le responsable Tourisme à l’Obs pendant près de 20 ans.Photographe, reporter, il a créé et dirigé le Magazine Week-end du Nouvel Observateur. Après un passage d’un an chez Challenges et Sciences et Avenir, il se consacre désormais à son site Infotravel.fr dont il assure le développement grâce à sa formation à Sciences PO Paris Master 2 en Management des Médias et du Numérique. Il collabore à différents magazines print ou web comme Historia, Tourmag, A/R, Cuba Magazine. Passionné de Voyages et de rencontres, il a créé et animé les déjeuners Tourisme de l'Obs pendant 10 ans. Il est également l’invité de grands médias français pour son expertise sur le tourisme, LCI, Soir3, Europe 1, AFP etc. Administrateur du PressClub depuis 2011, il organise avec Isabelle Bourdet, la directrice générale du PressClub de France, des déjeuners afin de connaître toutes l'actualité des Offices de Tourisme, Tours Opérateurs, Compagnies Aériennes, ainsi que toutes les institutions représentatives des professions liées au Tourisme. Avec le Sociologue Guillaume Demuth, il anime des conférences en entreprise ou sur des salons comme le Salon Mondial du Tourisme, Top Résa etc . L'idée étant de comprendre et anticiper les différents changements de comportement des touristes, connaître l’impact des nouvelles technologies, leurs applications et implications dans le monde du Tourisme. Robert est membre de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT)

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *