HAMBOURG: La Fiancée de l’ELBE

Hambourg est la deuxième plus grande ville d’Allemagne, de par sa population après Berlin, la ville d’Hambourg, est d’emblée associée à son fleuve, l’Elbe, qui irrigue la ville telle une artère vitale, alimentée elle même par moult canaux et rivières, faisant penser à un vaste réseau de vaisseaux sanguins.

Ville construite donc en partie sur l’eau, il y a plus de ponts à Hambourg qu’à Amsterdam, Londres et Venise réunies.
Ville métropole et Lander (région) à elle toute seule, Hambourg est un port fluvial majeur, une ville industrielle et d’affaires, au passé commerçant, à l’histoire tourmentée, mais au présent apaisé. Hambourg est une métropole abritant une population plurielle, qui anime la ville dans une succession de villages juxtaposés, si différents d’une rue à l’autre, d’un pont à l’autre, le tout, avec pour décor, une histoire architecturale à nulle autre pareille.

HAMBOURG

Hambourg la verte, Hambourg faite de briques, Hambourg peuplée de grues, voici trois atmosphères qui lui vont bien.
La capitale Hanséatique forte de plus de 3 millions d’habitants, de par son agglomération, ne se laisse pas apprivoiser facilement, et aime encore moins se faire cataloguer comme appartenant à tel genre ou tel style.
L’Histoire est passée par là, cruelle et grandiose, avec ses heures de gloire et ses heures sombres, mais telle un phénix, Hambourg, la brave, s’est toujours relevée.
Il en est ainsi de son étrange mixité architecturale et de la pluralité de sa population.
Ainsi, des quartiers bobo, un rien alternatif, et écolo de SternSchanze, en passant par le côté marginal, rock n’ roll, biker et tattoo de Reeperbahn et Sankt Pauli, Hambourg déroule sa toile, quartiers après quartiers. A Landungs-Brucken, les quais de l’Elbe alignent terrasses de cafés, restaurants, snacks et autres crêperies. On y déambule en famille, entre amis, en couples, en visiteurs de passage, la ville est accrochée au fleuve, ou bien c’est le fleuve qui vient gentiment flirter avec ses berges. Allez savoir ?!
Ici le trafic fluvial, on pourrait dire maritime, tant la mer du Nord est toute proche, est intense et éclectique, allant du cargo mixte au minéralier, en passant par une goélette, une vedette, ou encore un voilier. Et partout des bateaux promenades de toutes tailles, en concurrence, allant et venant, telle une noria d’envahisseurs. Un clin d’œil à l’histoire, au temps de l’invasion des vikings et bien plus tard des armées Napoléoniennes.

HAMBOURG
Sur l’autre rive de l’Elbe, les grues des chantiers navals et des dockers de Steinwerder et de Waltershof sont des voisines immédiates de la deuxième plus grande usine Airbus d’Europe, située à Finkenwerder. C’est là qu’on assemble avec celle de Toulouse, la moitié de la gamme des Airbus construits. C’est aussi là, qu’on aménage les intérieurs de ces avions, selon les souhaits de chaque compagnie cliente. Un savoir faire made in Hamburg et reconnu dans le monde entier.
Plus loin, sur la rive Nord de l’Elbe, le quartier résidentiel, très résidentiel, de Blankenese, ne laisse aucun visiteur indifférent. Les somptueuses villas côtoient les plus chics propriétés, noyées dans de la verdure et où le parc automobile est une vitrine de la technologie allemande sur quatre roues.
Pénétrons maintenant au cœur même de la ville de Hambourg, avec les quartiers de l’Hôtel de Ville ‘Rathaus’, ou encore de St Michaelis. On est ici dans un univers fait d’îlots, construits entre des canaux, desservis par des ponts pour chaque rue ou presque. Le Cœur de ville, c’est le Hambourg des affaires, des bureaux, de la finance, des enseignes de luxe. Le code vestimentaire est ici bien distinct, costumes deux ou trois pièces pour les hommes et robes griffées de stylistes pour les dames. Par certains aspects on pense à la City de Londres, à certaines rues de Zurich et aux bords du lac à Genève. Les banques et les bijouteries se disputent la vedette avec les galeries commerciales de marques, et les restaurants avec terrasses où il faut voir et être vu.

HAMBOURG
Il y a aussi l’Alster, ce lac en ville, serti dans un écrin, mi urbain – mi vert, où de somptueux hôtels, d’anciennes demeures de maîtres, et de belles propriétés à l’architecture contemporaines habillent ses rives. Ici c’est le royaume des sports nautiques pour tous les âges.
Mais les véritables joyaux d’Hambourg sont ailleurs. Il y a le Speicherstadt : le plus grand ensemble d’entrepôts au Monde datant du XIXème Siècle s’étirant le long de canaux et reliés par des ponts. Les plus beaux bâtiments en briques de la ville. L’ensemble est classé monument historique depuis 1991 et classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 2015.

HAMBOURG

Terminons par le quartier de HafenCity, on pense immanquablement aux Docklands de Londres et au quartier de la Barcelonetta à Barcelone. Une ville nouvelle dans la métropole, des quais, des restos, des immeubles suspendus avec ou sans terrasses, des compétitions d’architectes, des bateaux pubs et restos. C’est une zone principalement piétonne, tranquille, un peu l’écart, où passent tout de même des cars de touristes, des visiteurs à vélo, et une ambiance sonore ponctuée de cris de mouettes et de sirènes de bateaux ici où là.

HAMBOURG
Au bout des quais de l’ancien Port Franc de Hambourg, en pointe, se dresse l’Imposante Elbphilarmonie, une méga salle de concert, mais beaucoup plus que cela, signée par les architectes suisses Herzog & Meuron.

HAMBOURG
Autrefois entrepôt abritant du thé, du cacao ou encore du tabac, l’édifice reposait sur 1111 piliers d’aciers, une structure qui a servi de base à la construction de l’actuel ensemble.
Une ville dans la ville que cet Elbphilarmonie, avec sa salle de concert de 2150 places, à l’acoustique éprouvée, et 3 autres salles de concert voisines, dont une de 550 places tout de même. Un hôtel de 14 étages dans l’ensemble, avec 244 chambres confiées à la chaîne Westin. On trouve aussi 44 appartements privés à la vue imprenable sur le port et sur l’Elbe. Enfin, 7 studios pour artistes seront mis à disposition, pour mener un temps, leurs projets de tous ordres. Une terrasse ouverte au public à 38m de hauteur, que l’on soit possesseur d’un ticket de concert ou pas est accessible, pour là aussi, une vue saisissante à 360° sur le port de Hambourg.
Cette imposante construction, qui fait à la fois penser aux voiles d’un vieux gréement, ou bien encore à la carène d’un transatlantique est une prouesse architecturale dont la construction entamée il y a presque dix ans est sur le point de s’achever. Les amarres officielles seront larguées en 2017.

HAMBOURG

Il faut prendre son temps pour comprendre Hambourg l’insaisissable et obtenir d’elle ses bonnes grâces pour qu’elle vous dévoile sans détour ses plus beaux atouts.

© Richard BAYON.

HAMBURG Pratique :
Y aller : www.eurowings.com
Où Dormir : www.movenpick.com/hamburg
Boire, Manger et Regarder : www.clouds-hamburg.de
Préparer son Voyage : www.germany.travel/fr
Infos sur place : www.marketing.hamburg.de

À propos de l'auteur

Richard BAYON est un Parisien émigré en Touraine, qui a vécu tantôt dans la capitale, tantôt dans la cité Tourangelle. Parfois, il dit vivre entre Seine et Loire, mais c’est bel et bien au bord du fleuve classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité (‘World Heritage’ en anglais) qu’il vit, et même très exactement à 150m de l’indomptable Loire. Atteint d’une maladie incurable appelée ‘la bougeotte’ ou ‘la voyagite aigue’, il totalise 107 nations, pays et autres terres éloignées au compteur. Des pays, où il a séjourné de quelques heures à plusieurs mois, dont certains états où il a eu l’occasion d’y passer et repasser plus de 40 fois. Affublé par un confrère Grand Reporter du joli sobriquet de ‘Morpion de Carlingue’ parce que passionné d’aviation commerciale, et de transport aérien en général, il prétend avoir pris l’avion près de deux mille fois sur les cinq continents mais s’impatiente d’avoir encore tant de choses à voir. Sur sa réussite, l’homme est très critique, mais aussi réaliste : ‘je ne sais pas, ou n’ai pas fait un milliard de choses, que tout un chacun sait, connaît, ou a fait ; mais j’ai fait, vu et rencontré un milliard de choses que beaucoup ne verront sans doute jamais. Au chapitre des prétentions, il en affiche deux sans vergogne : avoir un sens de l’orientation, donc de la géographie du monde, hors du commun, vraiment hors du commun (il prétend aller plus vite que n’importe quel GPS : ndlr) et parle sept langues quasi couramment et peut se faire comprendre dans cinq autres. Question destinations ou pays préférés, sept paysages lui viennent de suite à l’esprit : le Vert de l’Ouest Irlandais, les Fjords Norvégiens, le Bleu et Blanc des îles Grecques, les Cirques de la Réunion, les Dunes de Sable du Ténéré, les Icebergs du Groenland, et les Rues pleines de vie de Bangkok en Thaïlande. Ainsi de toutes ses pérégrinations : il sait que cinq choses le fascinent plus que tout: l’Immensité des Déserts, l’Inaccessible des Volcans, l’Intensité des Glaciers et des Icebergs, le‘Haka’ des All Blacks et la Force Tranquille des Eléphants. De Queenstown en Nouvelle Zélande jusqu’à Illulissat au Groenland et de Johannesburg à Bangkok, il a roulé sa bosse, lui prétend surtout qu’il a ouvert ses yeux, et que ses voyages, tous ses voyages c’est son université permanente. http://www.infotravel.fr/voyages-insolites/compagnie-volotea-deploie-ailes/

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *