Paris: la ville des tournages de long-métrages

Un nouveau tournage de long-métrage tous les 3 jours à Paris en 2016. Paris confirme sa forte attractivité, dans un contexte pourtant perturbé par les impératifs de sécurité.

PARIS

La capitale a accueilli 848 tournages en 2016, soit 3 068 jours de tournages. Cette activité se maintient à un niveau élevé, avec une augmentation du nombre de tournages de longs-métrages accueillis (118 au lieu de 114 en 2015) représentant une forte augmentation du nombre de journées de tournages (1 373 au lieu de 991).

Pour Bruno Julliard, Premier adjoint à la Maire de Paris : « Paris est toujours aussi attractive pour les réalisateurs et nous en sommes fiers. Les tournages sont de véritables vecteurs du rayonnement de notre capitale en France et à l’international, ils représentent également un gisement de créativité et d’emplois parisiens. Grâce à la modernisation de l’accueil des tournages et notamment le lancement début 2017 d’une application permettant aux professionnels de réaliser leurs démarches en ligne, je ne doute pas que ces bons chiffres seront encore au rendez-vous l’année prochaine ».

PARIS

Parmi les 118 productions et metteurs en scène de longs-métrages qui ont choisi de tourner à Paris, on peut citer : Le redoutable de Michel Hazanavicius (Les Compagnons du Cinéma ), La Douleur d’Emmanuel Finkiel (Les Films du Poisson), Amant double de François Ozon (Mandarin Production), Carbone d’Olivier Marchal (Les films Manuel Munz), La Mélodie de Rachid Hami (Mizar Films), Coexister de Fabrice Eboué (Europacorp), Iris de Jalil Lespert (WY Productions), La nuit a dévoré le monde de Dominique Rocher (Haut et court), le Brio d’Yvan Attal (Chapter 2), L’embarras du choix d’Eric Delavaine (Sombrero Films), Les ex de Maurice Barthélémy (Radar Films), Nos années folles d’André Téchiné (ARPROD), Numéro une de Tonie Marshall (Tabo Tabo Films), Si j’étais un homme d’Audrey Dana (Echo Film) ou encore Au revoir la haut d’Albert Dupontel (ADCB Films).

En termes de fictions et séries, 88 productions audiovisuelles (dont 75 séries, 9 unitaires) ont été tournées à Paris. Les séries conservent la place la plus importante avec 75 séries totalisant 516 jours avec 10% saison 2 (France 2), Alice Nevers, le juge est une femme (TF1), Chefs saison 2 (France 2), Clem saison 7 (TF1), Engrenage saison 6, (canal +), Les hommes de l’ombre saison 3 (France 2), Le bureau des légendes saison 2 (Canal +).
Parmi les 9 téléfilms accueillis on peut citer Je voulais juste rentrer chez moi de Laurent Perreau (Arte), Nadia de Léa Faze (France Télévisions)et Louise d’Arnaud Mercadier (TF1).
Par ailleurs, 115 courts métrages et 121 films d’école ont représenté 508 jours de tournage en 2016. La Ville de Paris soutient la production de films courts et aide la production d’une quinzaine de projets par an à hauteur de 20 000 euros.

PARIS

Paris a également attiré une trentaine de productions cinématographiques et audiovisuelles internationales. À souligner en 2016, le tournage très spectaculaire de la super production indienne à vocation internationale Befikre d’Aditya Chopra (production exécutive Firstep). Avec plus de 40 jours de tournage à Paris ce film, sorti en Inde en décembre 2016 dans plus de 5 000 salles, est révélateur de l’attractivité parisienne et de l’efficacité des mécanismes de crédit d’impôt international. On peut également citer le film Oui Mademoiselle de Yishu Yang, la série américaine The Affair de Jeffrey Reiner, le téléfilm canadien Love Locks de Martin Wood et la série coréenne The package de Chang Keun Chun.

Enfin, il faut souligner la bonne santé de l’accueil de films publicitaires (222 contre 184) qui constituent un vecteur très important à l’international de l’image de Paris.

À noter : les tournages utilisant des drones étant très récents, ils ne sont pas encore intégrés aux statistiques de la Ville de Paris. Autorisés dans des conditions très strictes par les services de la Préfecture de Police, ils ont été une centaine en 2016.

Alors que s’ouvre demain au Carreau du Temple le salon des tournages, Paris se réjouit de cette attractivité renouvelée.

 

La Mission Cinéma / Paris Film
www.parisfilm.fr

Paris Film, au sein de la Mission Cinéma de la Ville de Paris, accueille et conseille les équipes de tournage. Elle coordonne, gère les demandes d’interventions techniques et délivre les autorisations de tournages dans les rues de Paris, sur la voie publique et dans les lieux dépendant de la municipalité.

D’importants chantiers ont déjà été menés au cours de ces derniers mois avec le lancement le 1er janvier d’une application en ligne de dépôt et de suivi des demandes d’autorisation de tournage, l’élargissement des compétences de la Mission Cinéma-Paris Film en matière de stationnement et la mise en place de modalités simplifiées de facturation des redevances et prestations.

À propos de l'auteur

Robert Kassous à été le responsable Tourisme à l’Obs pendant près de 20 ans.Photographe, reporter, il a créé et dirigé le Magazine Week-end du Nouvel Observateur. Après un passage d’un an chez Challenges et Sciences et Avenir, il se consacre désormais à son site Infotravel.fr dont il assure le développement grâce à sa formation à Sciences PO Paris Master 2 en Management des Médias et du Numérique. Il collabore à différents magazines print ou web comme Historia, Tourmag, A/R, Cuba Magazine. Passionné de Voyages et de rencontres, il a créé et animé les déjeuners Tourisme de l'Obs pendant 10 ans. Il est également l’invité de grands médias français pour son expertise sur le tourisme, LCI, Soir3, Europe 1, AFP etc. Administrateur du PressClub depuis 2011, il organise avec Isabelle Bourdet, la directrice générale du PressClub de France, des déjeuners afin de connaître toutes l'actualité des Offices de Tourisme, Tours Opérateurs, Compagnies Aériennes, ainsi que toutes les institutions représentatives des professions liées au Tourisme. Avec le Sociologue Guillaume Demuth, il anime des conférences en entreprise ou sur des salons comme le Salon Mondial du Tourisme, Top Résa etc . L'idée étant de comprendre et anticiper les différents changements de comportement des touristes, connaître l’impact des nouvelles technologies, leurs applications et implications dans le monde du Tourisme. Robert est membre de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT)

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *