Ne manquez pas ces belles expositions de printemps

De l’Impressionnisme à l’Art moderne, trois musées honorent à Paris et en province quelques grands noms de la sculpture, du dessin et de la peinture.

 

L’occasion de rendre visite à ces maîtres incontestés de l’art.

Calder-Picasso Musée Picasso

INFOTRAVEL.FR

Cette exposition croisée met en perspective deux géants de l’art qui se sont confrontés à la question du vide. Comment par des œuvres qui s’inscrivent dans l’espace donner une idée ou une présence au vide ? Calder par ses sculptures se mesure au non-espace en y inscrivant par des formes légères qui se meuvent au gré de l’air, en dessinant par exemple en fil de fer des formes évidées se mouvant dans l’espace. Picasso dans son expérience du cubisme peint des formes dans une simultanéité qui contorsionne le temps.L’ensemble défie le poids, soustrait les masses, fait œuvre d’une légèreté qui semble concrétiser l’absence du fait de leur abstraction. « Les œuvres les plus belles sont celles où il y a le moins de matière » dit Calder. Les deux hommes se sont croisés quatre fois seulement mais leurs questionnements les ont rapprochés et justifient cette belle exposition. Le parcours thématique rend compte d’expérimentations plastiques allant de la figuration à l’abstraction sur un parcours de120 œuvres intégrées en une douzaine de sections : Capturer le vide, Dessiner dans l’espace, Le vide et le plein, En suspension, Sculpter le vide, Faire et défaire…Le propos est explicite et le tout est fascinant d’une beauté presque immatérielle.
Calder-Picasso Musée Picasso
5 Rue de Thorigny, 75003 Paris
Tél. : 01 85 56 00 36
Exposition jusqu’au 25 août 2019. Organisée en partenariat avec la Calder Foundation, New York et la Fundación Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte et co-produite avec le Museo Picasso Málaga.

Gustave Courbet dessinateur. Musée Gustave Courbet d’Ornans dans le Doubs

Avec cette exposition inaugurale du bicentenaire de l’artiste emblématique du réalisme les organisateurs ont voulu éclairer un aspect injustement méconnu de son œuvre. Contrairement à ses tableaux dont beaucoup ont été à l’époque objet de scandale et d’incompréhension, ses dessins n’ont jusqu’à présent fait l’objet d’aucune étude monographique. Il était temps de rétablir ce manque, Sur les 200 dessins authentifiés à ce jour, le musée Courbet d’Ornans en propose une belle sélection dans un parcours en 9 sections réunissant 75 peintures et dessins présentés dans un parcours chrono-thématique. Des merveilles permettant de voir l’évolution de son travail depuis les premiers dessins de jeunesse, ceux de sa vie de Bohème à Paris jusqu’à l’exil final en Suisse suite à son inculpation dans les violences de la Commune.
On découvre un Courbet illustrateur qui défend les idées fouriéristes, anticlérical et audacieux dans la caricature, portraitiste sensible de son entourage et pour un tiers de sa production, paysagiste hors pair. Car selon lui « le beau donné par la nature est supérieur à toutes les conventions de l’artiste ». La plupart de ses dessins n’ont de finalité qu’eux-mêmes, ils n’ont pas de fonction préparatoire et en sont d’autant plus intéressants. Noter que l’agrandissement du musée et ses grandes baies vitrées ouvertes sur l’impressionnante cluse d’Ornans permet de mettre en perspective l’œuvre du peintre avec les paysages qui l’ont inspiré.
Courbet Dessinateur
Musée Gustave Courbet à Ornans dans le Doubs
Exposition jusqu’au 29 avril 2019
. Dans le cadre du Bicentenaire Courbet, le musée accueille du 12 juin au 30 septembre 2019 l’exposition Yan Pei-Ming face à Courbet.
www.musee-courbet.doubs.fr
. Le Musée des Beaux-Arts de Besançon possède une salle consacrée à aux tableaux Gustave Courbet dont l’extraordinaire Hallali du Cerf occupant toute une paroi. En profiter pour découvrir la richesse des collections de ce plus ancien musée de province qui vient de rouvrir ses portes après une belle restructuration e ses espace.

Collection Courtaud, Le Parti de l’Impressionnisme. Fondation Vuitton
Encore un événement majeur à la Fondation Vuitton. Il réunit cette fois 110 œuvres allant des années 1860 au début du XXè siècle d’un collectionneur passionné et industriel anglais d’origine française, Samuel Courtauld, mort en 1947. Suzanne Pagé, directrice artistique de la Fondation Louis Vuitton, a souhaité à l’occasion de cette exposition remarquable constituée en moins de 10 ans, permettre une approche renouvelée de l’Impressionnisme et restituer à des œuvres souvent reproduites toute leur aura, comme si elles étaient vues pour la première fois afin de « restituer au regard des visiteurs leur vibration première, leur “présence“ dans l’empathie nécessaire d’une expérience directe spectateur/peinture ». La collection est le résultat d’une passion partagée de Samuel Courtauld et sa femme, Elisabeth Courtauld, favorisée auusi par l’amitié ou la fréquentation des plus grands galeristes, historiens d’art et artistes de l’époque.
On y admire quelques chefs d’œuvre de Cézanne, Seurat, Manet, Monet, Renoir, Degas, Toulouse-Lautrec, Modigliani, Van Gogh, Gauguin… Avec de grands moments devant La Loge de Renoir, Un bar aux Folies-Bergère de Manet, la Nature morte à l’Amour en plâtre, la Montagne Sainte-Victoire ou le Lac d’Annecy de Cézanne, Baignade à Asnières et Jeune fille se poudrant de Seurat. L’impressionnisme a encore de belles années d’éblouissement à nous faire partager !
Collection Courtaud, Le Parti de l’Impressionnisme
Jusqu’au 17 juin 2019. Fondation Vuitton.
8, avenue du Mahatma Gandhi, Bois de Boulogne, 75116 Paris.
Lundi, mercredi et jeudi de 11h à 20h. Vendredi de 11h à 21h, Nocturne le 1er vendredi du mois jusqu’à 23h. Samedi et dimanche de 10h à 20h
Tél. : 01 40 69 96 00

À propos de l'auteur

Titulaire d’un DEA de Lettres modernes Sorbonne, complétés par l’ESJ Paris (Ecole supérieure de journalisme) et après 6 six ans au Venezuela dans le cadre de la Coopération culturelle, Catherine Gary enseigne à l’Université René Descartes, au Lycée Turgot et à l’Ecole Supérieure de Tourisme. Tout en pigeant pour des maisons d'édition : traductions, lectures de manuscrits, rewritings. En 1997, elle occupe le poste de chargée de mission à la Communication et aux Nouveaux médias du Centre Georges Pompidou. Puis se tourne vers le journalisme : rédactrice en chef adjointe d’un magazine de tourisme et chargée de communication pour un magazine littéraire. Spécialisée dans les reportages tourisme, culture et société, Catherine travaille régulièrement pour Famille & Education, Divas, Destination Cuba, Lindigo (rédactrice en chef adjointe) et Infotravel. fr

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *