L’OM se met au Tourisme Sportif

Tourisme sportif à l’OM. L’OM Tour va faire vivre le stade, en dehors des jours de match, par de la location, de l’évènementiel, des concerts…

De Marseille, on pense souvent et tout de suite : au proverbial Vieux-Port, à la vénérable Notre-Dame-de-la-Garde, à la célèbre Canebière, au séculaire et multiculturel quartier du Panier, à la saga télévisuelle «Plus belle la vie» et aussi à l’innovant MuCEM, mais le tableau serait de loin incomplet sans ce ballon rond animé par des joueurs en maillots bleu et blanc estampillés d’une étoile d’or européenne.

Attention, ici c’est un sujet sensible, ici plus qu’ailleurs, on ne fait pas n’importe quoi quand il s’agit du mythique stade Vélodrome, tellement le football est omniprésent dans la ville phocéenne. Ici, c’est l’Olympique de Marseille, et ailleurs le reste du monde.

Sauf que Marseille reste Marseille, et que rien n’y est simple, la municipalité demeure le propriétaire du stade, mais a délégué, depuis peu, la gestion totale du complexe au club.

L’OM, en plus d’être une des plus fabuleuses équipes de football en France, devient une véritable machine de guerre, aux pleins pouvoirs en termes de marketing et ventes. L’arrivée de Laurent Colette (Monsieur cash machine du Barça) en mai dernier, confirme clairement les ambitions du président et des propriétaires du club.

La mission, est donc de faire vivre le stade, en dehors des jours de match, par de la location, de l’évènementiel, des concerts, mais aussi en ajoutant cet « OM Tour » qui a ouvert ses portes, il y a quelques jours, avec d’anciens et actuels joueurs du club qui y étaient présents.

Un parcours libre, d’une heure trente, permet de se balader dans les entrailles du stade, de visiter les coins et recoins de ce lieu mythique pour ses supporters, mais aussi surprenant pour les non-initiés ou passionnés de football.

Tous les panneaux de la visite sont rédigés en français et anglais, et retracent la longue histoire centenaire du club phocéen. On y retrouve aussi des écrans, permettant de visionner quelques interviews, et des moniteurs interactifs qui projettent un joueur à taille réelle, qui explique le lieu et y distille quelques anecdotes.

Le cheminement monte crescendo, depuis la salle des maillots, le parcours historique pour aboutir à la pièce du saint Graal, sur fond musical de l’hymne de l’UEFA. Ici, de part et d’autre, des écrans retracent ce match mémorable de 1993 contre l’AC Milan. Elle trône là, dans son écrin de verre, l’unique coupe des clubs champions européens gagnée par un club français.

Il est temps de descendre dans le centre fonctionnel de ce stade, où l’on pourrait se perdre tellement les couloirs y sont nombreux. Suivant le parcours on visite à la suite, la salle de conférence de presse, le centre de relaxation avec son jacuzzi, alors que le deuxième temps fort s’annonce déjà : le vestiaire des joueurs où l’on s’y attarde, certains cherchent le siège de certaines vedettes actuelles comme l’italien Balotelli ou le français Payet… On continue par la salle d’échauffement, et toujours ces couloirs totalement illustrés de posters des héros phocéens, une grande place est aussi accordée aux supporters, le 13e homme de l’équipe (ailleurs c’est le 12e mais ici tu es à Marseille c’est le 13e et c’est comme ça).

C’est maintenant l’apothéose, le fameux couloir où se joue déjà le match, il est temps de sortir dans l’arène, nous voici sur la pelouse, non loin du banc des entraineurs. On ferme les yeux, on sent que les virages crient leur amour pour leur club… Nous y sommes, on frissonne…

La visite se poursuit et se termine par l’accès à une annexe à la boutique officielle (qui elle restera aux pieds du stade) et qui sera installée vers la fin de cette année.

Le club gestionnaire va continuer d’investir dans le stade, avec cet été, le changement du système son et lumières, une nouvelle régie, et surtout une nouvelle pelouse.

Il n’y a aucun suspens quant à savoir si « l’ancienne formule de visite du stade » sera dépassée en nombre de visiteurs annuels tellement le nombre de 43.000 visiteurs semble désuet, l’OM gestionnaire en a bien d’autres, en réserve, comme les 7 millions de touristes, dont 1,3 million de croisiéristes, qui font une escale dans le port. Laurent Colette, lui, n’a qu’une idée qui lui trotte dans la tête, atteindre comparativement les 1,8 millions de visiteurs qu’il accueillait au Barça.

Nous sommes donc rentrés dans la gestion visionnaire d’un club et son stade au 21e siècle, il était temps que l’OM soit à ce niveau. Toutefois, il ne faut pas oublier la seule et unique constante ici, c’est que l’OM se doit de redevenir une très grande équipe européenne au niveau Champions League et non végéter en Ligue Europa. Trop de fiertés sont en jeu et cette étoile en or sur le maillot se doit de briller à tous les matchs. C’est comme ça à Marseille, quand il s’agit de football, il n’y a pas de concessions.

Infos pratiques :

Du 1er avril au 30 septembre : 10-19 heures
Du 1er octobre au 31 mars : 10-18 heures
(Accès à la visite se terminant 1 heure avant)

Tarif plein : 18 euros
Tarif réduit : 12 euros
Tarif groupe : 10 euros
Gratuit pour les moins de 6 ans

Réservations et informations www.om.net et www.orangevelodrome.com

Texte et photos : Paul Marais-Hayer

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *