Les frais de bagages atteignent 28,1 milliards $

Les revenus mondiaux des frais de bagages atteignent 28,1 milliards $ (€25.2 milliards) 

L’estimation des revenus mondiaux des frais de bagages de CarTrawler révèle une hausse de 110 % par rapport aux 13,4 milliards $ (12 milliards d’Euros)  de 2014.

Dublin, Irlande et Shorewood, Wisconsin, le 30 avril 2019 : IdeaWorksCompany, la première organisation de consultation sur les revenus additionnels des compagnies aériennes, et CarTrawler, la plus grande plateforme de voyage au monde fournissant des solutions de transport pour les activités en ligne, ont estimé récemment que les revenus additionnels des compagnies aériennes ont atteint 92,9 milliards de $  (83.5 milliars d’Euros) à travers le monde en 2018. L’estimation des revenus mondiaux des frais de bagages vise à évaluer le poids des bagages à 28,1 milliards $ (25.2 milliars d’Euros)  et offre un résumé des politiques en matière de frais de bagages des 20 plus grandes compagnies aériennes au monde.

Chaque année, IdeaWorksCompany, analyse les revenus additionnels communiqués par les compagnies aériennes dans le monde entier. Ces résultats sont appliqués à une longue liste de transporteurs (175 en 2018) afin de chiffrer l’activité liée aux revenus additionnels des compagnies aériennes dans le monde. Les activités liées aux bagages pour chaque catégorie de compagnie aérienne ont été ajoutées à cette analyse pour obtenir une estimation à l’échelle mondiale. Il s’agit d’un composant non négligeable des revenus additionnels, qui se décompose en trois sources principales : les bagages enregistrés dans la soute de l’appareil, les frais supplémentaires pour les bagages de grandes dimensions et, pour certaines compagnies aériennes, le tarif facturé pour les bagages en cabines.

Estimation des revenus mondiaux des frais de bagages de CarTrawler
  2018 2017 2014
Revenus des frais de bagages 28,1 milliards $ 23,6 milliards $ 13,4 milliards $
Pourcentage des revenus mondiaux

des compagnies aériennes

3,2 % 3,0 % 1,8 %
Source : statistiques de revenus à la carte établies par IdeaWorksCompany d’après les résultats des compagnies aériennes en 2017, 2016 et 2013, associées aux projections annuelles des revenus des compagnies aériennes de l’IATA pour 2018, 2017 et 2014.

Les transporteurs low-cost les plus rentables ont toujours eu des politiques strictes en matière de bagages. La surprise de ces deux dernières années, c’est la mise en place de frais de bagages par certaines des plus grandes compagnies aériennes au monde.

« La valeur des revenus générés par les services à la carte, c’est-à-dire les options que les clients peuvent ajouter à leur billet d’avion de base, a augmenté de 128 % entre 2014 et 2018. Il n’est donc pas étonnant que les revenus des frais de bagage aient connu une hausse tout aussi substantielle, aussi bien en termes de valeur monétaire qu’au niveau du pourcentage des revenus totaux qu’ils représentent. Cette tendance globale est le reflet de la stratégie des compagnies aériennes traditionnelles, qui adoptent les revenus additionnels tout comme les fournisseurs low-cost afin d’offrir à leurs clients des solutions au meilleur prix dans un marché transformé », a déclaré Aileen McCormack, Directrice commerciale de CarTrawler.

Le tableau de la page suivante répertorie les politiques en matière de bagages des 20 plus grandes compagnies aériennes non low-cost. Il y a seulement quelques années, elles avaient recours à beaucoup moins de frais supplémentaires. Aujourd’hui, seulement la moitié des compagnies aériennes de cette liste utilisent la méthode traditionnelle, qui consiste à inclure des bagages enregistrés avec tous les billets.

L’autre moitié a mis en place des frais de bagages sur une partie ou la totalité des itinéraires de son réseau. Quand on trie ces compagnies par région, il est plus facile de voir les groupes qui existent à l’heure actuelle. L’utilisation très répandue des frais de bagages en Europe et en Amérique du Nord est en grande partie due à la présence d’une très forte industrie low-cost. Dans le reste du monde, les compagnies traditionnelles incluent des bagages avec tous leurs billets et n’ont pas encore adopté des stratégies de tarif économique de base.

Résumé des politiques en matière de frais de bagages en classe économique

20 plus grands transporteurs non low-cost

Région

 

20 plus grands transporteurs Politique générale Où les frais sont appliqués
Bagages inclus avec tous les tarifs Gratuits ou payants en fonction du tarif* Vols nationaux et

court ou moyen-

courriers**

Transatlantique nord
Asie/Pacifique Air China      
Cathay Pacific      
Korean Air      
Qantas      
Singapour      
Europe Air France/KLM  
British Airways   Frais sur l’ensemble du système

(exceptions limitées)

Lufthansa/SWISS/Austrian  
Scandinavian  
Turkish      
Moyen-Orient Emirates      
Qatar Airways      
Amérique latine Avianca      
LATAM Airlines  
Amérique du Nord Air Canada  
Alaska Group   Frais sur l’ensemble du système
American  
Delta  
Southwest      
United  
Source des données : sites Internet des compagnies aériennes examinés par IdeaWorksCompany en avril 2019

* Les tarifs moins élevés, tels que la classe économique de base, n’incluent pas de bagage enregistré (ces tarifs n’existent pas sur tous les marchés).

** Inclut généralement les vols à l’intérieur de la région des États-Unis, du Canada, du Mexique et des Caraïbes, et à l’intérieur de la région de l’Europe et de la Méditerranée. Des exceptions mineures existent pour chaque transporteur. Par exemple, LATAM inclut un bagage enregistré avec les vols au départ ou à destination des États-Unis.

Les clients peuvent tenter d’éviter les frais de bagages en demandant une carte de crédit co-marquée par la compagnie aérienne. Aux États-Unis et au Canada, le premier bagage enregistré est généralement gratuit avec ces cartes. Cet avantage n’existe pas dans les autres pays. Aux États-Unis et au Canada, les membres des programmes de fidélité ayant un statut élevé bénéficient de bagages enregistrés gratuits, mais ce n’est pas toujours le cas pour les compagnies aériennes en dehors de ces pays.

British Airways est la seule compagnie à proposer des billets économiques de base sur la majorité de son réseau mondial. Les itinéraires pour lesquels ce tarif est disponible semblent être choisis stratégiquement. Sur un échantillon de trajets au départ de Londres et à destination de l’Asie ou de l’Amérique du Sud, le prix d’un aller-retour au tarif économique de base de British Airways était souvent inférieur à celui des concurrents proposant des vols sans escale (même en incluant les frais de bagages de 60 £ facturés par British Airways pour les vols long-courriers). Cela indique que le tarif économique de base peut offrir de réelles économies comparé aux tarifs incluant un bagage enregistré.

Southwest Airlines se distingue sur le marché américain avec son slogan « Bags fly free » (les bagages voyagent gratuitement), qui promet deux bagages enregistrés par voyageur. La direction de la compagnie aérienne affirme que cette originalité contribue à son admirable succès financier. Cependant, il est peu probable que le reste du secteur suive cet exemple de consolidation de produit. Petit à petit, les compagnies aériennes traditionnelles d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine devraient elles aussi s’essayer à la classe économique de base pour surmonter les défis d’une économie mondiale en plein ralentissement et la menace permanente des transporteurs low-cost.

Avertissement : IdeaWorksCompany fait tous les efforts possibles pour s’assurer de la qualité des informations contenues dans ce rapport. Avant de se baser sur ces informations, il est recommandé aux lecteurs de contacter des professionnels afin d’obtenir des conseils adaptés à leur situation spécifique. Ni IdeaWorksCompany, ni CarTrawler ne garantissent ni n’assument aucune responsabilité quant à l’exactitude, la fiabilité et l’exhaustivité des informations présentées.

À propos de l'auteur

Robert Kassous à été le responsable Tourisme à l’Obs pendant près de 20 ans.Photographe, reporter, il a créé et dirigé le Magazine Week-end du Nouvel Observateur. Après un passage d’un an chez Challenges et Sciences et Avenir, il se consacre désormais à son site Infotravel.fr dont il assure le développement grâce à sa formation à Sciences PO Paris Master 2 en Management des Médias et du Numérique. Il collabore à différents magazines print ou web comme Historia, Tourmag, A/R, Cuba Magazine. Passionné de Voyages et de rencontres, il a créé et animé les déjeuners Tourisme de l'Obs pendant 10 ans. Il est également l’invité de grands médias français pour son expertise sur le tourisme, LCI, Soir3, Europe 1, AFP etc. Administrateur du PressClub depuis 2011, il organise avec Isabelle Bourdet, la directrice générale du PressClub de France, des déjeuners afin de connaître toutes l'actualité des Offices de Tourisme, Tours Opérateurs, Compagnies Aériennes, ainsi que toutes les institutions représentatives des professions liées au Tourisme. Avec le Sociologue Guillaume Demuth, il anime des conférences en entreprise ou sur des salons comme le Salon Mondial du Tourisme, Top Résa etc . L'idée étant de comprendre et anticiper les différents changements de comportement des touristes, connaître l’impact des nouvelles technologies, leurs applications et implications dans le monde du Tourisme. Robert est membre de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT)

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *