Suicide : Les plus tristes endroits touristiques dans le monde

  • 4766046

    Golden Gate Bridge. A 67 mètres de haut dans la baie de San Francisco

  • EMPIRE STATE BUILDING

    New York, l’Empire State Building

  • SAN DIEGO

    Le Coronado Bridge (Etats-Unis)

  • Beachy Head. Angleterre

    Beachy Head Angleterre

  • 4766048

    Les chutes du Niagara

  • 81008063

    Pont, Prince Edouard

  • fd74f48e9ad6a6527c55f39995a2867c_large

    Le pont de Clifton Bridge (Angleterre)

  • AURORA BRIDGE

    Aurora Bridge, de Seattle (Etats-Unis)

  • aokigahara_-_keiokun. CC: Fliclk

    Au pied Mont Fuji, la forêt d’Aokigahara

  • 3097493594

    La Tour Eiffel

Après une étude datant de 2007 et parlant déjà du syndrome du « suicide touristique« , une autre étude publiée par le « Journal of Medical Ethics » en 2012 a démontré qu’entre 2008 et 2012, 611 personnes domiciliées à l’étranger ont eu recours aux services d’aide au suicide en Suisse. Venant du monde entier, Les personnes concernées étaient âgées de 23 à 97 ans, pour une moyenne de 69 ans. La proportion de femmes étant de 58,8 %.
Pourquoi la Suisse ? Les chercheurs ont conclus : par la double problématique, d’une législation peu claire en Suisse et des règles très restrictives à l’étranger. Résultat, un afflux de personnes venant en Suisse dans le seul but d’avoir recours à l’aide au suicide ». Ludwig Minelli a même fondé Dignitas, une clinique d’aide au trépas, en janvier 2010. Mais il existe dans le monde de tristes hauts lieux de suicide, ponts, falaises, buildings… Il semblerait que beaucoup de désespérés soient attirés par la célébrité du lieu pour passer à l’acte.

1.Parmi les méthodes de suicide les plus courantes, sauter du haut d’un pont célèbre serait une bonne fin… Entre 1937 et 2012, plus de 1.600 corps ont été récupérés de personnes ayant sautées du Golden Gate Bridge. A 67 mètres de haut dans la baie de San Francisco, le pont fait que très rarement de blessés… Outre une surveillance accrue, les autorités se sont emparées du problème et ont introduit des filets de sécurité afin d’endiguer le phénomène.

2.Autre pont, Prince Edouard Viaduc, il est situé en Ontario (Canada). C’est le deuxième pont ayant le triste record de suicidé dans le monde, plus de 400. Le gouvernement canadien a installé une barrière anti-suicide dénommée The Luminous Veil.

3. Les chutes du Niagara elles aussi en Ontario sont tristement connues comme ‘haut lieu de suicide’. Avec un débit de plus de 2.800 m3/s, les chutes sont les plus puissantes d’Amérique du Nord. Après un plongeon de 52 mètres dans les eaux bouillonnantes et tourbillonnantes de Niagara Falls, rares sont les survivants.

4.Le pont de Clifton Bridge, (Angleterr est un immense ouvrage qui enjambe la vallée de l’Avon. Il relie Clifton, à Leigh Woods, dans le Somerset. L’organisation ‘The Samaritans’ qui aide les gens aux pensées morbides ont apposé des plaques tout au long du pont avec un numéro d’urgence. Des barrières de sécurité ont par la suite été installées.

5.Situé sur la côte sud de l’Angleterre, Beachy Head est sans conteste le plus haut lieu de suicide pour les britanniques. Les falaises découpées et tombant à pic de plusieurs dizaines de mètres de haut sont aussi magnifiques que morbides. Aucune possibilité ici de faire des protections, si bien qu’une vingtaine de personnes disparaissent à partir de cet endroit chaque année. Les Anglais ont tout de même mis en place un groupe de personnes chargés de dissuader les gens qui voudraient sauter en bas de la falaise.

6.Construit en 1969, le Coronado Bridge (Etats-Unis) s’étend sur 2,12 milles. Surplombant la baie de San Diego l’édifice déjà fait des centaines de morts.

7.L’énorme troll trônant sous les arcades de l’ Aurora Bridge, de Seattle (Etats-Unis) a déjà vu tomber, jusqu’en 2006, près de 230 personnes. Depuis cette triste notoriété, téléphones d’urgence et panneaux avec des numéros pour contacter le service de prévention du suicide ont été installés par les autorités de Seattle.

8.Au pied Mont Fuji, la forêt d’Aokigahara est la plus tristement célèbre de tout le Japon. Selon les autorités japonaises, une centaine de personnes viendraient chaque année dans cette forêt pour mettre fin à leurs jours.

9.L’un des emblèmes de New York, l’Empire State Building a connu également de tristes disparitions. Culminant à 381 mètres de hauteur ou 443 mètres si l’on compte l’antenne située au sommet, en dépit des protections placées à son sommet, des dizaines de personnes se sont suicidées en se jetant du dernier étage. Celui d’Evelyn Francis McHale a d’ailleurs inspiré à Andy Warhol dans une des sérigraphies de Death and Disaster. L’écharpe blanche, accompagnant la chute de la jeune femme a inspiré à François Truffaut dans la scène d’introduction de La Mariée était en noir.

10. La tour Eiffel, Paris, France. Elle  accueille chaque année des millions de visiteurs, dont trois quarts d’étrangers. C’est l’un des monuments payants parmi les plus visités au monde. Défis sportifs ratés, accidents, suicides, il y a eu des centaines de morts depuis sa construction en 1889. Malgré tous les filets de sécurité et caméras, certains arrivent quand même à faire le saut de l’ange.

À propos de l'auteur

Robert Kassous à été le responsable Tourisme à l’Obs pendant près de 20 ans.Photographe, reporter, il a créé et dirigé le Magazine Week-end du Nouvel Observateur. Après un passage d’un an chez Challenges et Sciences et Avenir, il se consacre désormais à son site Infotravel.fr dont il assure le développement grâce à sa formation à Sciences PO Paris Master 2 en Management des Médias et du Numérique. Il collabore à différents magazines print ou web comme Historia, Tourmag, A/R, Cuba Magazine. Passionné de Voyages et de rencontres, il a créé et animé les déjeuners Tourisme de l'Obs pendant 10 ans. Il est également l’invité de grands médias français pour son expertise sur le tourisme, LCI, Soir3, Europe 1, AFP etc. Administrateur du PressClub depuis 2011, il organise avec Isabelle Bourdet, la directrice générale du PressClub de France, des déjeuners afin de connaître toutes l'actualité des Offices de Tourisme, Tours Opérateurs, Compagnies Aériennes, ainsi que toutes les institutions représentatives des professions liées au Tourisme. Avec le Sociologue Guillaume Demuth, il anime des conférences en entreprise ou sur des salons comme le Salon Mondial du Tourisme, Top Résa etc . L'idée étant de comprendre et anticiper les différents changements de comportement des touristes, connaître l’impact des nouvelles technologies, leurs applications et implications dans le monde du Tourisme. Robert est membre de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT)

Page archive de l’auteur

1 Commentaire

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *