Finnair veut soutenir des projets éco-responsables

Finnair lance un service de compensation des émissions carbone en incitant ses passagers à soutenir des projets éco-responsables.

Finnair, la compagnie aérienne finlandaise, première à être listée dans l’index du « Carbon Disclosure Project »*, lance un tout nouveau service permettant à ses passagers de compenser les émissions de CO2 générées lors de leurs vols à travers une démarche éco-responsable. Finnair propose ainsi à ses passagers de s’impliquer, aux côtés de la compagnie et s’ils le souhaitent, dans un projet écologique au Mozambique visant à réduire la consommation de charbon ou, au choix, soutenir le développement des vols utilisant des biocarburants.

FINNAIR

Le concept
Le service « Push for Change », lancé par Finnair, est destiné à impliquer les voyageurs sur les effets des émissions de CO2, répondre aux problématiques environnementales mais également aux attentes des passagers désireux de s’engager dans une démarche eco-responsable. Pour cela, la compagnie propose à ses passagers – sur la base du volontariat – de régler une « taxe de compensation » lors de l’achat d’un billet, directement via son site internet.

La taxe de compensation s’élève à 1€ pour un vol aller-retour en Finlande, à 2€ pour un vol aller-retour en Europe et à 6€ pour un vol intercontinental. Le calcul de ces redevances est basé sur la moyenne des émissions générées lors d’un vol et sur le coût nécessaire à la réduction d’une tonne d’émission de CO2 dans le cadre du projet soutenu par Finnair.

Le service « Push for Change » est disponible directement sur le site internet de Finnair permettant aux passagers de la compagnie d’utiliser leurs points Finnair Plus pour régler cette redevance.

Quelles sont les raisons qui ont poussé Finnair à développer ce service ?
Cette taxe, que l’on pourrait aussi appeler « redevance écologique », permet à Finnair de soutenir un projet écologique au Mozambique pour réduire l’exploitation des fournaux à charbons. L’installation de foyers plus écoefficients réduirait considérablement la consommation de charbon et de bois et permettrai ainsi d’endiguer la déforestation. Les fonds récoltés seront intégralement reversés en faveur du financement de ce projet par l’intermédiaire de NEFCO, The Nordic Environment Finance Corporation.

Finnair propose également à ses passagers de soutenir l’utilisation de biocarburants
Ceux qui le souhaitent peuvent choisir d’acheter du biocarburant** à 10, 20 ou 65 euros afin de réduire l’emprunte carbone de leurs vols domestiques, européens ou intercontinentaux. Rappelons que l’utilisation de biocarburants réduit les émissions de CO2 de 60 à 80% en fonction de la matière première utilisée.

Topi Manner, CEO de Finnair, déclare : « Nous souhaitons offrir les meilleures solutions possibles à nos passagers. L’aviation a plusieurs impacts économiques et sociaux positifs, il est important que nous travaillions à la création d’un monde aérien plus responsable. De nombreux produits de première nécessité sont acheminés par fret aérien, les liaisons aériennes contribuent au commerce international et permettent d’entretenir les relations entre les hommes. L’industrie du voyage est une source essentielle de revenus et d’emplois pour de nombreux pays. »

Le petit +

Finnair compense les émissions de CO2 liées aux déplacements de son personnel par le biais de financements de projets éco-responsables. À terme, le service « Push for Change » permettra le soutien d’un plus grand nombre de projets éco-responsables dans le monde entier.

Page dédiée au service « Push for change » sur le site de la compagnie : http://www.finnair.com/pushforchange

*Index mettant en avant les sociétés les plus transparentes en matière de reporting d’émissions de gaz à effet de serre

** SkyNRG est le partenaire de Finnair sur la production de biocarburants produit en Californie à partir d’huile de cuisson usagée.

À propos de l'auteur

Robert Kassous à été le responsable Tourisme à l’Obs pendant près de 20 ans.Photographe, reporter, il a créé et dirigé le Magazine Week-end du Nouvel Observateur. Après un passage d’un an chez Challenges et Sciences et Avenir, il se consacre désormais à son site Infotravel.fr dont il assure le développement grâce à sa formation à Sciences PO Paris Master 2 en Management des Médias et du Numérique. Il collabore à différents magazines print ou web comme Historia, Tourmag, A/R, Cuba Magazine. Passionné de Voyages et de rencontres, il a créé et animé les déjeuners Tourisme de l'Obs pendant 10 ans. Il est également l’invité de grands médias français pour son expertise sur le tourisme, LCI, Soir3, Europe 1, AFP etc. Administrateur du PressClub depuis 2011, il organise avec Isabelle Bourdet, la directrice générale du PressClub de France, des déjeuners afin de connaître toutes l'actualité des Offices de Tourisme, Tours Opérateurs, Compagnies Aériennes, ainsi que toutes les institutions représentatives des professions liées au Tourisme. Avec le Sociologue Guillaume Demuth, il anime des conférences en entreprise ou sur des salons comme le Salon Mondial du Tourisme, Top Résa etc . L'idée étant de comprendre et anticiper les différents changements de comportement des touristes, connaître l’impact des nouvelles technologies, leurs applications et implications dans le monde du Tourisme. Robert est membre de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT)

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *