Périgord: Cro-Magnon, croisades et foie gras.

C’est une des destinations fortes de la France. Riche à peu près en tout, le Périgord regorge de beautés que l’on peut découvrir au fil de ses villes et de ses villages.

Texte: Fabienne Dupuis

Culture, gastronomie et paysages sont au programme de cette destination hautement marquée par l’histoire et les hommes.

beynac-cp-ot-de-sarlat

Il se présente comme un bouquet de couleurs, en vert, en blanc, en pourpre ou en noir. Flanqué de son nouveau nom administratif qui lui fut attribué par l’Assemblée Constituante, en 1790, le comté du Périgord, passé département de Dordogne, n’a jamais vu – à quelques kilomètres près – ses limites géophysiques changer et aujourd’hui encore, on le nomme également par l’un ou l’autre de ses substantifs. Des appellations qui souvent éveillent un imaginaire fort et riche, quelques parts entre le charme de villes médiévales admirablement restaurées, des grottes mythiques, des châteaux et batailles historiques, sans oublier une admirable gastronomie emplie du goût de la terre qui la produit et de ce soleil qui inonde généreusement les sols.

Au risque de se répéter, tenez-le vous pour dit, le Périgord est généreux en tout. Une générosité que l’on trouve d’ailleurs jusque chez ses habitants qui poussent le zèle si naturellement loin qu’il en devient presque soupçonnable. Mais non ! Les périgourdins ont tout bonnement – et qui pourrait les contredire devant tant de beautés manifestes ? – l’assurance et la gentillesse de ceux qui possèdent tout ce dont ils ont besoin… et qui aiment le partager avec les gens qui leur rendent visite.

Mais attention à ceux et celles qui y viendraient pour ne chercher que repos. Si l’affaire, en bord de piscine, sous un ciel tout aussi bleu, est parfaitement envisageable, la richesse de la région aura vite fait de vous faire tomber dans le tourbillon de ses joyaux qui, à la simple énonciation, font tourner la tête et les sens.

A défaut d’être sans doute un peu convenue, micro sélection de lieux à voir, absolument !

Périgueux, Sarlat, Bergerac

Ces villes montrent à elles trois, la richesse historique et architecturale de la région. A Périgueux d’abord, où l’on se promène entre les vestiges de l’époque Romaine, les ruelles médiévales ou les maisons à pans de bois qui font face à de sublimes demeures habillées de tourelles, marqueurs ultimes de la réussite sociale ! Plus loin, quelques hôtels particuliers datant de la Renaissance, jouxtent ces grandes avenues construites au dix-neuvième siècle, qui ont dessiné les contours actuels de la vieille ville. On s’y perd avec délice, en retraçant à chaque coin de rue l’histoire de celle qui est aujourd’hui la préfecture du département.

A Sarlat, c’est au cœur du moyen-âge et de la Renaissance que l’on se promène, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’un des plus importants ensemble urbain médiéval du monde. On y part de la place de la Liberté, d’où les marchands vendent quotidiennement à grands cris, les délices et spécialités de la région – foie gras, truffes, figues et noix entre autres… – pour s’enfoncer dans les artères qui mènent vers le Palais des Evêques, la cathédrale Sacerdos et la maison de La Boétie où l’écrivain est né.

Ville, elle aussi d’histoire mais aussi ville viticole, Bergerac offre à voir un autre volet de la richesse du Périgord. C’est en effet grâce à la rivière Dordogne et à ses gabarres – qui promènent aujourd’hui les touristes – que la ville a pu développer le négoce de vin dès le XIIIème siècle ! Devenue riche, Bergerac se développe alors, bâtissant demeures, hôtels particuliers et couvents qui font aujourd’hui le bonheur des férus de vieilles pierres.

Les grottes de Lascaux II, près de Montignac, Vallée de la Vézère.

grotte-de-lascaux-ii

Faites le test autour de vous, il n’est que de dire Périgord pour que l’on vous réponde en cœur, « Lascaux ! ». Et en effet, ce petit bout de grotte, datée entre -18 000 et -17 000 ans, qui ne dépasse pas les 250m de long et 30m de dénivelé, découvert en 1940 par un groupe de jeunes garçons partis en promenade avec leur chien, Robot, est depuis devenu la haute référence préhistorique de France, site touristique le plus visité de Dordogne. Inscrite au Patrimoine de l’Unesco depuis 1979, la grotte originale est cependant fermée au grand public dès 1963, pour la protéger des émanations de dioxyde de carbone que les nombreuses visites produisent. Après le travail méticuleux d’un fac-similé, démarré en 1970, Lascaux II a finalement ouvert ses portes en 1983. Au programme, une présentation du lieu et du travail accompli, puis enfin, la découverte du Diverticule Axial et de l’incroyable Salle des Taureaux, qui même dans leur état de « simple copie », coupe le souffle aux plus incrédules. www.lascaux-dordogne.com

Le Château de Beynac, à Beynac-et-Cazenac

beynac-cp-ot-de-sarlat

Classe monument historique depuis 1944, le Château de Beynac est l’un des plus réputés de sa région. Perchée sur les hauteurs d’une falaise, la construction médiévale est inscrite au cœur de la commune de Beynac-et-Cazenac et domine la rivière Dordogne. Véritable enjeu stratégique durant le Guerre de Cent Ans (1337 – 1453) qui opposait alors les français aux anglais, la forteresse abrite aussi la salle de réunion des états du Périgord qui se tenait plus tard, au XVIIème siècle. Au-delà d’un gigantesque donjon roman carré, le château de Beynac possède encore de superbes boiseries et des plafonds peints datant du XVIIème siècle. Cheminées, oratoire, fresques, tapisseries d’époque concourent à offrir une riche et impressionnante visite de cette construction médiévale. www.beynac-en-perigord.com

La maison-forte de Reynac, à Tursac

maison-forte-de-reignac-coupe3

Un lieu, curieux et impressionnant, inscrit dans la roche de la vallée de la Vézère, la maison-forte de Reynac est, sans aucun doute, l’un des trésors cachés de la région. Là où ses roches abritaient les hommes il y a plus de 20 000 ans, le site est devenu, au fur-et-à-mesure de l’histoire, une maison aux contours ressemblant étrangement à ceux d’un château fort. Avec ses salons, sa salle d’armes, ses chambres, ses oubliettes, et même son effrayante salle des tortures, la maison-forte de Reynac est un véritable dédale de surprises qui déroule, au fil de ses salons, l’histoire tout autant de la maison que celle de la région. www.maison-forte-reignac.com

Le château de Losse, Thonac

LOSSE

Située à quelques kilomètres seulement de la maison-forte de Reynac, le château de Losse offre un site de qualité, entre jardins exquis, tonnelle, chemin de ronde et douves sèches qui entourent la bâtisse pour conduire paisiblement les promeneurs vers les bois de la propriété. Les salons sont encore aujourd’hui meublés du mobilier d’époque qui donne une véritable âme au Château de Losse. Erigé au XVIème siècle, le lieu est classé monument historique depuis 1928. www.chateaudelosse.com

La Roque Saint-Christophe, Peyzac-le-Moustier

la-roque-st-christophe-accueil-4

Surplombant la rivière Dordogne, la Roque Saint-Christophe est une formation géologique qui abrita l’homme durant la préhistoire, pour devenir, ensuite, un fort puis une petite cité. Etalée sur près d’un kilomètre de long, postée à soixante mètres du sol, sa position stratégique permettait de se protéger des incursions inhospitalières. Si le site touristique offre quelques informations intéressantes, une balade en kayak (quelques clubs font en effet partir leurs clients au pied de la roche) sur la Dordogne permet de mieux apprécier ce qu’à pu être cette étonnante falaise calcaire. www.roque-st-christophe.com

Plus d’informations sur le site de l’Office de Tourisme www.dordogne-perigord-tourisme.fr

À propos de l'auteur

Spécialisée dans les domaines du voyage, design, architecture et art de vivre, Fabienne passe le plus clair de son temps à parcourir le monde, entre aventures sur de longues routes poussiéreuses et le confort raffiné de quelques adresses confidentielles. Ses armes ? La littérature européenne du XIXème siècle, des écrits sur l’art et les voyageurs, mais aussi quelques publications de géopolitique… Son moteur? Une inlassable curiosité qui lui permet de renouveler ses sources d’inspiration. Après dix années passées à Londres, Fabienne vit aujourd’hui à Paris.

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *