Paris-Charles de Gaulle – coup de jeune pour le satellite 5 du Terminal 1

Le satellite 5 du Terminal 1 ouvre aujourd’hui ses portes, après 18 mois de travaux. La salle d’embarquement est rajeunie, pour offrir à ses clients plus de confort, d’espace et de services.

Satellite 5 Terminal 1

 

Mise en beauté avec plus de confort et de convivialité

Le satellite 5 offre désormais un espace rajeuni où la couleur a remplacé le béton brut. Les trois anciennes salles d’embarquement ont laissé place à une seule zone, plus spacieuse et plus confortable. Le long des baies vitrées, 120 m2 ont été gagnés et ont ainsi permis d’augmenter la capacité d’une quarantaine de places assises, pour atteindre près de 340 sièges.

Les zones de contrôle de sûreté ont été optimisées avec trois postes d’inspection filtrage, équipés de nouveaux mobiliers, pour un accès et un temps de passage facilités. D’autre part, l’aménagement des sanitaires a été particulièrement soigné, offrant plus de confort aux passagers.

Un concentré de services et de commerces

Ces travaux permettent d’offrir plus de services et de commerces aux clients. Les moments de détente sont assurés grâce à un espace de jeux vidéos et un espace musique. Poursuivre une activité professionnelle est possible grâce à l’espace de travail Atlanteam équipé d’ordinateurs en libre-service. Une fontaine à eau et un espace fumeur sont également disponibles.

Un bâtiment énergétiquement plus performant

Ces aménagements ont permis d’améliorer considérablement les performances énergétiques du bâtiment. L’étanchéité a été entièrement revue, l’isolation renforcée et un nouveau système de chauffage et climatisation a été installé. Aéroports de Paris a fait également intervenir des experts pour améliorer l’ambiance sonore et lumineuse du satellite. Ainsi, le plafond et les différents poteaux ont été dotés de laine de roche pour une meilleure acoustique; la salle d’embarquement a été équipée de capteurs d’éclairages automatiques permettant de piloter l’éclairage et donc de consommer uniquement l’énergie nécessaire.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *