Far West Texas

Far West Texas. Oubliez les bizarreries et les extrémismes texans. Loin des villes et des champs de pétrole, à l’extrême Sud-Ouest, la région de Big Bend regorge d’histoire, de rencontres et de surprises.

Far West Texas                                                      Rio Grande_Canyon Santa Elena ©Béatrice Leproux

Face au Mexique au bord du Rio Grande, ce sont des paysages grandioses jamais conquis par l’homme. Désert volcanique fait de pierres, de sable, de cactus et de montagnes chaotiques qui pointent à 2700 m d’altitude, le parc national de Big Bend est tout en crevasses, fissures, falaises abruptes et rochers escarpés.
Entre Midland et le parc national de Big Bend, c’est un monde. D’un côté, la région de production d’hydrocarbures la plus riche du Texas, plate, sablonneuse, brûlée de soleil et fendue de langues d’asphalte rectilignes. Le très fortuné touriste s’y apprête à décoller dans la thermosphère, vêtu d’une combinaison spatiale. A 400 km de là au Sud, une nature sauvage sculptée par une éruption il y a 40 millions d’années.

Témoins de la conquête de l’Ouest
Entre les deux, des ranches au bétail disséminé dans leurs milliers d’hectares et abreuvé grâce à des éoliennes en zinc, et, aux abords du désert de Chihuahua, quelques villages perdus au milieu de nulle part, témoins de la conquête de l’Ouest.
Far West Texas                                                                                             ©Annika Heckler
Fort Davis a été bâti en 1854 : la cavalerie protégeait des Indiens les voyageurs qui se ruaient vers l’or californien. Il sera plus tard occupé par les Confédérés pendant la guerre civile puis abandonné. Aujourd’hui, son musée et ses reconstitutions historiques attirent les voyageurs.
Marfa, deux mille habitants, a été fondée au début des années 1880 pour servir de station de ravitaillement en eau à la nouvelle ligne de chemin de fer Pacific Sud. Au début du XXème, elle a servi de base à un patrouilleur aérien qui surveillait les mouvements des troupes de Pancho Villa pendant la révolution mexicaine. Ville de passage et ville de ranch à 1400 mètres d’altitude, elle a été transformée en 1979 avec l’arrivée de l’artiste minimaliste Donald Judd. Le New-Yorkais achète d’anciens baraquements militaires où il installe ateliers et musée pour lui et ses amis. Destination hype, la ville et sa fondation Chinati sont devenus un must de l’art contemporain.
Marathon est né avec la voie ferrée en 1882. Les ranchers faisaient le plein d’eau à sa source avant d’embarquer leur bétail pour le marché de San Antonio, à 600km de là. Un camp militaire la protégeait des Comanches. Une voie de chemin de fer, des baraques longées par un trottoir en bois surélevé et une belle bâtisse de briques (1926) restaurée en hôtel cossu, le lieu a miraculeusement survécu. C’est la dernière halte avant Big Bend, à 100 miles au Sud.

Far West Texas                                                                    Eves garden B&B Marathon        ©Beatrice Leproux

La route qui y mène suit la piste des Comanches. Maîtres des plaines et vainqueurs des Apaches, ces guerriers vivaient de razzias et de la traite d’esclaves. On ne peut s’empêcher de guetter un arc brandi vers le ciel et des plumes au-dessus d’un cheval pie.

Far West TexasThe Solitario_Terlingua ©Beatrice Leproux

En bordure du parc national de Big Bend, la ville-fantôme doit sa renaissance à des backpackers, puis à des guides de rivière et enfin à des musiciens. Ville minière datant de l’exploitation du sulfure de mercure jusqu’à la deuxième guerre mondiale, Terlingua a séduit libéraux ou conservateurs, cols blancs ou descendants de mineurs mexicains, tous amateurs de nature sauvage et d’une vie alternative et solidaire. De vingt habitants en 1995, ils sont passés à 200, ont rebâti par-dessus les ruines, acheminé eau et électricité et construit des maisons autonomes dans la montagne environnante. Et la qualité de sa scène musicale épate dans ce hameau isolé de tout.

Far West Texas                                                                       Terlingua ghosttown ©Annika Heckler
Depuis le porche de la Terlingua Trading Company, une bière à la main, face aux Chisos Moutains, on contemple le ciel le plus noir et le plus illuminé d’étoiles de ce coin du monde.

Far West Texas
Starlight Theater and restaurant_Terlingua ©Annika Heckler

NOS ADRESSES
Texas Tourism : www.traveltexas.com/fr
Big Bend national park www.visitbigbend.com et www.gobigbend.com – www.chisosmountainslodge.com – www.museumofthebigbend.com
Marathon : Eve’s garden B&B www.evesgarden.org – www.gagehotel.com/dining/12-gage-restaurant – www.visitmarathon.com
Terlingua : www.visitbigbend.com/terlingua – www.thestarlighttheatre.com www.chilipeppercafe.homestead.com
Lajitas : www.lajitasstables.com –www.lajitasgolfresort.com/default.aspx?pg=dining
Marfa : www.chinati.org – www.hotelpaisano.com – www.mcdonaldobservatory.org – www.visitmarfa.com
Fort Davis : Hôtel Limpia www.hotellimpia.com – www.nps.gov/foda/index.htm
Midland : www.xcor.com – www.orbitaloutfitters.com – www.petroleummuseum.org – www.clearspringsrestaurant.com – www.visitmidland.com

Y ALLER
D’octobre à avril avec Equinoxiales, spécialiste des voyages sur mesure aux Amériques. Equinoxiales peut organiser un séjour texan axé sur Big Bend et ses environs.
Exemple d’un auto-tour sur l’ensemble du Texas : 14 jours/12 nuits à partir de 2480€ par personne, base double. +33 (0)1 77 48 81 00 www.equinoxiales.fr
Texas Tourism: www.traveltexas.com/fr

À propos de l'auteur

Maitrise de la Sorbonne (Paris IV) et un diplôme d’instit en poche, Béatrice Leproux part enseigner à La Nouvelle-Orléans. Puis elle reprendra des études de théâtre, de mime et de chant lyrique en France et aux Etats-Unis, travaille comme comédienne pendant quelques années jusqu’à ce que son témoignage la propulse à la rédaction de Cosmopolitan. Puis ce sera France-Soir, Aventure FM et la télévision : productrice de sitcom et de talkshows, directrice des programmes documentaires et magazines de France 2. Retour à la presse écrite en tant que rédactrice en chef adjointe de VSD puis développeuse pour Prisma Presse. Nommée rédactrice en chef du site web économique BFMBiz.com, on lui propose d’animer des formations professionnelles. En techniques journalistiques d’abord (PQR, presse magazine), en media-training puis en management et cohésion d’équipe.Désormais journaliste free-lance, Béatrice Leproux collabore aussi à Géo, Avantages et Victoire Magazine.

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *