Les aurores boréales avec Icelandair

Cet hiver, profitez du spectacle magique des aurores boréales avec Icelandair

Embarquez à bord de l’avion Hekla Aurora, réservez un vol passant à proximité des aurores boréales ou suivez les conseils d’une des pilotes les plus expérimentées de la compagnie.

Observer le phénomène naturel des aurores boréales trône en bonne place sur la liste des rêves de nombreux voyageurs, mais cela peut s’avérer être un vrai défi. Cet hiver, grâce aux meilleurs conseils de la capitaine Sigríður Einarsdóttir, Icelandair brise les fausses idées couramment répandues par les récits mythiques d’aurores boréales afin que ses passagers puissent les contempler à la manière des Islandais.

Les aurores boréales sont un phénomène naturel et il n’y a donc aucune garantie d’en voir. Forte de 34 ans d’expérience et de nombreux vols dans le ciel de l’Arctique, la pilote et capitaine Sigríður Einarsdóttir d’Icelandair partage ses conseils d’experte pour que les passagers puissent observer les aurores boréales de manière optimale, au sol ou en vol. Comme la majorité des effectifs de la compagnie sont islandais de naissance, les passagers peuvent compter sur Icelandair pour les aider à optimiser leur expérience des aurores boréales.

De plus, la compagnie est en mesure de rapprocher ses passagers de ce phénomène naturel grâce à l’avion Hekla Aurora : son fuselage est peint d’images d’aurores boréales, et sa cabine équipée d’un système d’éclairage d’ambiance à LED qui en recrée. Cet hiver, les voyageurs du monde entier peuvent donc réserver un vol Icelandair pour admirer les aurores boréales à l’intérieur de l’avion, mais aussi à l’extérieur, où l’habillage du fuselage évoque leur subtile et furtive magie.

En 2018, Icelandair a augmenté le nombre de ses destinations en Amérique du Nord, avec l’ajout de San Francisco, Baltimore, Dallas, Cleveland et Kansas City : autrement dit, la compagnie n’a jamais proposé un tel choix d’options de voyage. En général, les trajectoires des vols Icelandair dans le ciel arctique vers et depuis Seattle, Anchorage, Vancouver et San Francisco, entre autres destinations nord-américaines, offrent aux passagers un poste d’observation privilégié pour découvrir l’incroyable spectacle des aurores boréales à bord.

 

  

Les conseils de la capitaine Sigríður Einarsdóttir aideront nos passagers à contempler ce phénomène :

Fuir les lumières de la ville : « On croit souvent à tort qu’il n’existe qu’un seul lieu optimal pour avoir une chance de voir des aurores boréales. En fait, on peut trouver de nombreux endroits parfaits en s’éloignant de la pollution lumineuse urbaine et en s’enfonçant dans la campagne islandaise. »

Voler au plus près : « Il n’y a pas de meilleur moyen d’éviter la couverture nuageuse que de la traverser pour se retrouver cerné d’aurores boréales. J’en ai vues à de multiples occasions. Récemment, j’ai eu la chance d’en voir trois fois en seulement quatre jours. Si vous réservez un siège à bord de l’avion Hekla Aurora, la magie ne s’arrête jamais. »

Une question de timing : « Je conseillerais de venir vers fin novembre, une période assez proche du solstice d’hiver (jour le plus court de l’année), car les nuits sont plus longues et plus noires. »

Un spectacle dans le ciel : « Les aurores sont un phénomène naturel, mais il est toujours fascinant de les voir danser entre les étoiles. D’habitude, elles sont de couleur jaune et verte, ou juste verte, mais parfois, une partie d’entre elles est violette : là, elles se mettent à tourbillonner et c’est absolument magique. Il n’y a rien de mieux que de s’installer confortablement pour profiter du spectacle. »

Suivre les bulletins de prévision : « Comme la météo islandaise, les aurores boréales sont impossibles à prédire avec précision, mais on peut plus ou moins se faire une idée de l’heure à laquelle elles sont le plus susceptibles d’être vues du sol. Choisissez absolument une application qui fournit des informations en temps réel et précise l’intensité des aurores à tel horaire, mais qui donne aussi des indications sur l’éventuelle couverture nuageuse. »

Infos d’experts : « Comprendre la cause des aurores boréales peut aider quand on souhaite en voir. Lorsque les particules émises par le soleil pendant une éruption solaire pénètrent le champ magnétique terrestre, elles entrent en collision avec les atomes et les molécules de notre atmosphère. Ces impacts produisent les multiples petites explosions lumineuses qui forment une aurore boréale. Comme le nombre d’éruptions solaires peut varier de plusieurs par jour à une tous les sept jours, il est utile de savoir à quel moment le soleil est le plus actif. »

Cet hiver est la période idéale pour s’envoler avec Icelandair et voir des aurores boréales. Embarquez sur un vol Icelandair et suivez les conseils de la capitaine Sigríður Einarsdóttir. Pour réserver un vol Icelandair, rendez-vous sur www.icelandair.com.

À propos de l'auteur

Robert Kassous à été le responsable Tourisme à l’Obs pendant près de 20 ans.Photographe, reporter, il a créé et dirigé le Magazine Week-end du Nouvel Observateur. Après un passage d’un an chez Challenges et Sciences et Avenir, il se consacre désormais à son site Infotravel.fr dont il assure le développement grâce à sa formation à Sciences PO Paris Master 2 en Management des Médias et du Numérique. Il collabore à différents magazines print ou web comme Historia, Tourmag, A/R, Cuba Magazine. Passionné de Voyages et de rencontres, il a créé et animé les déjeuners Tourisme de l'Obs pendant 10 ans. Il est également l’invité de grands médias français pour son expertise sur le tourisme, LCI, Soir3, Europe 1, AFP etc. Administrateur du PressClub depuis 2011, il organise avec Isabelle Bourdet, la directrice générale du PressClub de France, des déjeuners afin de connaître toutes l'actualité des Offices de Tourisme, Tours Opérateurs, Compagnies Aériennes, ainsi que toutes les institutions représentatives des professions liées au Tourisme. Avec le Sociologue Guillaume Demuth, il anime des conférences en entreprise ou sur des salons comme le Salon Mondial du Tourisme, Top Résa etc . L'idée étant de comprendre et anticiper les différents changements de comportement des touristes, connaître l’impact des nouvelles technologies, leurs applications et implications dans le monde du Tourisme. Robert est membre de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT)

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *