Lisbonne. Voyage dans la ville Blanche étincelante

Après un départ pluvieux, on arrive à Lisbonne sous un soleil radieux. Un taxi nous attend à l’aéroport pour nous emmener à l’hôtel Eurostars Das Letras (Rua Castilho 1250-069 Lisboa) pour y déposer nos bagages.

Dans le hall de l’hôtel, Carmo Botelho (guide touristique de Lisbonne) et Maria boavida Roque (guide touristique du Portugal) nous attendait.  Dans deux jours, tout Lisbonne attendra avec impatience la course internationale : La Tall Ship Race fera une escale de 3 jours dans la ville.

Durant 3 jours, les manifestations se succèdent, la ville est en liesse, le port est encombré de voiles gonflées. Les rues accueillent les équipages, par des musiques, des cris et des rires. Tout n’est que joie. Nous avons pu monter a bord du tout nouvel arrivant, le Santa Maria Manuela lors d’une réception organisée en son honneur.

Santa Maria Manuela

Ce fût tout d’abord quelques heures de ballade dans des rues plus belles les unes que les autres. Lisbonne, ville blanche, aux nombreux quartiers historiques rassemblés dans son coeur.

La place du Rossio est le nom historique de la place Don Pedro IV. elle est située dans la vieille ville de Lisbonne. C’est la place où a eu lieu de multiples célébrations, révoltes, exécutions.  Celle-ci rend hommage au Roi du Portugal et empereur du Brésil Pedro IV. Une statue à son effigie la surplombe.

Place du Rossio

Le quartier commerçant : Le Chiado, situé entre les quartiers de Bairro Alto et de la Baixa pombalina, est un lieu qui regroupe à la fois d’anciennes et de nouvelles enseignes : entre la nostalgie du temps passé avec la boutique Luvaria Ulisses, célèbre gantier et connu pour sa petitesse (boutique la plus petite au m2 de la ville) et le temps présent. Deux mondes en parfaite harmonie
Quartier connu pour ses musées et théâtres, on y trouve également le café le plus célèbre « A Brasileira », qui se flatte d’avoir eu Fernado Pessoa parmi ses clients.

Fernado Pessoa

Se dressant sur la colline éponyme, le Château Saint-Georges (Castelho de São Jorge) domine la capitale depuis plus de 15 siècles. Le séisme, qui frappa durement Lisbonne en 1775, détruisit une partie des remparts. Leur réhabilitation ne fut entreprise qu’en 1938, sous l’autorité du dictateur António Salazar.

Dressée à l’embouchure du Tage, la Tour de Belém est le symbole
majeur de l’art Manuélin et de l’architecture militaire
Cet édifice commémore l’expédition de Vasco de Gama (célèbre navigateur qui découvrit le Mozambique et l’Inde en 1498). La tour fut érigée en 1515 durant 4 années par l’architecte Francisco de Arruda, sur les ordres du roi Manuel I.
L’usage premier du bâtiment fut de protéger l’accès à l’estuaire du Tage et au monastère des hiéronymites. Très vite devenue obsolète d’un point de vue défensif, elle servit d’arsenal, de prison, de point de paiement de taxes pour les navires et même, de capitainerie du port de Lisbonne.

Tour de Belem

Le Monastère des Hiéronymites (Mosteiro dos Jerónimos) est un monastère portugais, de style manuélin. Il est le témoin de la richesse des découvertes portugaises à travers le monde. Il est l’un des monuments les plus visités de Lisbonne.
Ses prodigieuses voûtes, les délicates finitions de ses colonnes, ses cloîtres de pierres jaunes illustrent tout à fait l’extravagance et l’opulence de l’époque. La construction de cet édifice, ordonné par le roi Manuel 1, commença en 1505 sur le site d’une ancienne chapelle. Il fallut près d’un siècle pour venir à bout de ce fabuleux chantier.

www.visitportugal.com

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *