Tunisie : Après le printemps, l’été du golf !

Le golf est devenu une activité à part entière en Tunisie. Le littoral s’est équipé de terrains plus attrayants les uns que les autres, entre verdure et désert.

Juste après le printemps arabe, je me souviens avoir joué en 2011 au golf en Tunisie avec le journaliste sportif Gérard Holtz qui avait alors déclaré à nos hôtes : « Nous avons suivi votre conquête de la liberté et à notre retour en France, nous dirons à tous vos amis français, que la meilleure façon de saluer votre mouvement historique, c’est de (re)venir vite en Tunisie ». Son invitation tient toujours aujourd’hui. D’autant plus que, pour les golfeurs, le pays dispose de parcours et d‘équipements de grande qualité. Ils resteront longtemps dans vos mémoires, avec la gentillesse et la générosité d’un accueil traditionnel.

De retour six ans après dans ce merveilleux pays alors que le soleil et les fleurs annoncent un printemps fragile, j’ai pu constater aussi bien la force déterminée de nos amis tunisiens face à une actualité défavorable que la permanence de leur accueil, de leur sourire et de leurs équipements touristiques. Pour un rapport qualité/prix imbattable. Omar Chérif, directeur dynamique du très beau golf Citrus à Hammamet, confirme : « En termes de tarifs, nous sommes très compétitifs. Le package moyen des destinations concurrentes tourne autour de 800 euros pour la semaine : en Tunisie, avec le vol, 5 greens fees et l’hébergement, nous démarrons à 500 euros ! ».

La Tunisie dispose d’une dizaine de parcours dont les plus emblématiques sont incontestablement le Trent Jones du Résidence près de Gammarth à 20 minutes de Tunis, les Ronald Fream de Citrus et de Yasmine à Hammamet ainsi que celui de Port El Kantaoui. Auquels certains, subjugués par la beauté de ses trous de bord de mer, ajouteront l’autre Fream de Tabarka, sorte de Pebble Beach au Maghreb.

Au Résidence – le plus « championship » de Tunisie –  l’architecte américain a complètement respecté l’aspect naturel de cette lagune baignée par la Méditerranée, balayée par les vents et/ou écrasée de soleil. Pas d’arbres superfétatoires mais des étangs et des lacs où nichent des réserves d’oiseaux. Un beau parcours créé en 2008 où, selon le vœu du maître, « le par est difficile et le bogey facile ». Les trous de ce par 72 de 6451 mètres portent des noms bien significatifs. Pour exemple, voici les cinq premiers : sérénité, humilité (oh oui !), ténacité, courage, sagesse… Tenez bon : le dernier s’appelle succès !

Direction Hammamet où se trouvent les 45 trous du Citrus – la Forêt et les Oliviers + un adorable et intéressant petit parcours de 9 trous – et les 18 trous du Yasmine. Hammamet est vraiment le lieu de villégiature idéal pour les golfeurs : d’une part, parce que les parcours – d’un peu plus de 6000 mètres – y sont dans un état parfait et d’une difficulté ouverte à tous, et d’autre part, parce qu’on y trouve des équipements d’hébergement pour tous les goûts et toutes les bourses.

Au Citrus, l’avantage est dans la diversité de l’offre : les deux parcours sont tellement différents dans leur environnement et leur beauté qu’on remercie l’architecte de les avoir conçus ainsi. Tout a aussi été prévu pour accompagner le golfeur venu s’initier ou se perfectionner. Et la maintenance des parcours est exemplaire !

J’aime aussi les deux parcours de Port El Kantaoui dont le pro Mohammed est un amoureux francophone qui enseigne des deux côtés de la Méditerranée. Pour le directeur Jalel Ayache, « notre offre est sans conteste une des meilleures des destinations soleil. Pour son prix mais aussi pour la qualité de l’accueil et de la restauration. La Tunisie a fait de gros efforts pour maintenir cette qualité malgré les difficultés de l’actualité, et, par exemple, la décision des compagnies aériennes anglaises de ne plus assurer leurs vols. Heureusement les Allemands et les Français sont fidèles. Que les golfeurs français sachent qu’ils sont les bienvenus et que nous ferons tout pour les rendre heureux ! ».

Parmi les autres parcours de golf, retenons surtout le golf en plein désert de Tozeur, le beau parcours Flamingo de Monastir et celui de Djerba.

Les green-fees sont entre 40 et 60 euros.

Ne pas oublier de visiter le musée du Bardo à Tunis, de se balader dans les ruines de Carthage à l’ombre d’Hannibal et de diner au Barberousse à Hammamet.

Quant aux hôtels, je recommanderais le Movenpick à Tunis Gammarth, le Greenpark à El Kantaoui et le Sindbad à Hammamet. Mais l’offre est pléthorique sur internet et mérite une recherche rapide.

Contact :   Office du tourisme tunisien à Paris :  01 47 42 72 67 ou www.discovertunisia.com

 

 

                                  

 

 

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Roland Machenaud vit au Pays Basque où il s’est installé il y a vingt ans après une vie itinérante qui la conduit de Toulouse à Washington en passant par Heidelberg et Paris. Il a fondé et dirigé plusieurs journaux et magazines régionaux dans le sud-ouest de la France. Actuellement membre de l’association européenne des journalistes de golf IGTWA, et en partenariat avec sa femme photographe Marie, il couvre pour plusieurs grands événements internationaux.

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *