L’hôtel Mövenpick Corne d’Or d’Istanbul

La Mégalopole d’Istanbul avec ses 14 millions d’habitants, à cheval entre Occident et Orient s’étire d’Est en Ouest sur plus de 70km. Séparée par le détroit du Bosphore, long de 42 km, la partie Anatolienne (Asie) fait face à la partie Rouméliote (Europe).

« Sous les fenêtres de Pierre Loti »

Axe de vie et de transit entre Russie et Méditerranée, le Bosphore, au coeur de cette ville, relie la Mer Noire à la Mer Egée, en passant par le détroit des Dardanelles et la Mer de Marmara également. Ville multiculturelle, historique, fascinante et envoûtante, Istanbul (ex Byzance, et ex Constantinople) engrange autant de superlatifs que de paradoxes.

Movenpick Istanbul
Tantôt bruyante et polluée, charmeuse et romantique, fondamentaliste et libertaire, Istanbul est un laboratoire social à ciel ouvert, qui traite ses maux avec autant d’excès, que de passion, mais qui jamais ne lasse ou ne laisse le voyageur indifférent.
Ainsi, dans le quartier ultra religieux, mais tranquille de Beyup, là où Pierre Loti** vécut un temps, en haut de la Corne d’Or*, l’hôtel Mövenpick Golden Horn, situé en aplomb de l’estuaire du même nom, est un condensé de ce que l’âme d’Istanbul peut offrir à tout moment : un chaleureux accueil Oriental et un service amical et stylé.

Movenpick Istanbul

C’est un boutique hôtel contemporain, très récent, car ouvert au Printemps 2015, suffisamment spacieux pour s’y sentir à l’aise et suffisamment intime pour y être connu et reconnu en tant qu’hôte, même de passage. L’architecture de ce bâtiment, de huit étages seulement, est sobre, mariant harmonieusement, les baies vitrées ouvertes sur la ville, l’ossature chic en acier, combinée à de la pierre de taille et du marbre. Chic, mais pas ostentatoire, feutré, mais pas trop chargé, classe, mais convivial à souhait. Un hôtel qui sait conjuguer clientèle affaires de passage, famille en visite stanbouliote et groupes en circuit.

Movenpick Istanbul
Avec ses 136 chambres, au confort high-tech, tout a été pensé et équipé pour le bien être de chacun des hôtes clients.
De l’air conditionné, au wifi dans toutes les chambres, en passant par le bureau équipé, le mini bar et le choix de thés ou cafés à se faire dans une vraie théière et une vraie cafetière , l’hôtel a pensé à tout . Même à la taille des coffres forts individuels dans chaque chambre, qui peuvent abriter un ordinateur portable.
Quant à la salle de bain, elle fait quasiment la même taille que la chambre, et propose douche et bain, derrière une grande baie vitrée qui s’ouvre intimement sur votre chambre, et jouit donc de la lumière naturelle, dans l’axe de votre fenêtre, mais sans vis à vis.
Pas de vis à vis non plus pour la suite Golden Horn (Corne d’Or) qui dispose d’une terrasse équipée d’un jacuzzi et de deux balcons à la vue imprenable.
N’oublions pas la salle de bal ou de mariage c’est selon, située au sommet de l’hôtel et qui dispose de terrasses dominant la ville des deux côtés, et enfin, le Spa Serenity en sous sol, équipé d’un bain turc (un must dans ce pays) et aussi d’un sauna et d’une zone de relaxation après massages.

Movenpick Istanbul

Côté assiette maintenant, tout commence par le petit déjeuner buffet, où là aussi l’Orient rencontre l’Occident avec un choix allant de soupes Asiatiques jusqu’à « l’English Breakfast » sans oublier les fruits et yaourts bio et la farandole de confitures et yaourts frais aux fruits du pays. La Turquie étant très riche en arbres fruitiers et fruits en général.
Le soir venu, les hôtes apprécient la créativité du Restaurant grill Pruwa Swiss, qui avec ses 186 couverts, dont 40 en terrasse, propose une cuisine méditerranéenne, avec ici ou là, des spécialités Suisses (l’origine du Groupe hôtelier) et aussi des mézzé (hors d’œuvre) à la Turc. La fameuse bière du pays, appelée Efes, disputera la vedette à des vins turcs dans les verres. Des vins produits dans la partie Européenne, et qui progressent rapidement en qualité et finesse.

Movenpick Istanbul

Movenpick Istanbul

Une soirée au Corne d’Or ne saurait se terminer sans un dernier ‘Drink’ au Lobby Lounge & Bar, où Yagmur la barmaid, sait communiquer dans bien des langues, tout en composant et maîtrisant à la perfection ses cocktails du jour, pendant qu’un pianiste joue des standards pour le plus grand bien être des oreilles des hôtes.

L’accueil, est ici dans la grande tradition Orientale, chaleureux et personnalisé, avec au Mövenpick Golden Horn d’Istanbul, ce je ne sais quoi de précision suisse qui frise la perfection sans jamais céder au vouloir seulement paraître.

© Richard BAYON.

Mövenpick Hotel Istanbul Golden Horn
Silahtarağa Caddesi, No. 87 |
34050 Eyüp,Istanbul |
Turkey
http://www.movenpick.com/en/europe/turkey/istanbul/istanbul-golden-horn/overview/

* La Corne d’Or à Istanbul :
C’est un estuaire long de 7,5km ou se jettent deux rivières.
Avec 750m de largeur maximale, c’est un port naturel qui s’enfonce dans la ville où seuls trois ponts impressionnants l’enjambent. Siège naval autrefois sous l’Empire Byzantin, la Corne d’Or protégeait son accès par « la Grande Chaîne » tendue entre la Tour Galata (Megalos Pyrgos en Grec) d’un côté et les quais de Eminonu de l’autre côté. Ce qui ne l’empêcha pas de voir arriver moult envahisseurs à différentes époques, des envahisseurs qui contournaient la chaîne. A signaler aussi des Parcs et Jardins sur ses deux rives.

** Pierre Loti :
Né le 14/01/1850 à Rochefort et mort le 10/06/1923 à Hendaye est un écrivain, officier de Marine Française et un Grand Voyageur (Tahiti, Sénégal, Japon, Turquie). Auteur prolifique et à succès, il a écrit deux œuvres importantes suites à deux séjours à Istanbul : Aziyadé (1879) et Fantôme d’Orient (1892) la suite. Son histoire d’Amour avec la belle Circassienne Aziyadé est soumise à des doutes de la part de spécialistes es-Littérature quant à l’hétérosexualité ou pas de cette relation amoureuse qui le hanta toute sa vie.

À propos de l'auteur

Richard BAYON est un Parisien émigré en Touraine, qui a vécu tantôt dans la capitale, tantôt dans la cité Tourangelle. Parfois, il dit vivre entre Seine et Loire, mais c’est bel et bien au bord du fleuve classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité (‘World Heritage’ en anglais) qu’il vit, et même très exactement à 150m de l’indomptable Loire. Atteint d’une maladie incurable appelée ‘la bougeotte’ ou ‘la voyagite aigue’, il totalise 107 nations, pays et autres terres éloignées au compteur. Des pays, où il a séjourné de quelques heures à plusieurs mois, dont certains états où il a eu l’occasion d’y passer et repasser plus de 40 fois. Affublé par un confrère Grand Reporter du joli sobriquet de ‘Morpion de Carlingue’ parce que passionné d’aviation commerciale, et de transport aérien en général, il prétend avoir pris l’avion près de deux mille fois sur les cinq continents mais s’impatiente d’avoir encore tant de choses à voir. Sur sa réussite, l’homme est très critique, mais aussi réaliste : ‘je ne sais pas, ou n’ai pas fait un milliard de choses, que tout un chacun sait, connaît, ou a fait ; mais j’ai fait, vu et rencontré un milliard de choses que beaucoup ne verront sans doute jamais. Au chapitre des prétentions, il en affiche deux sans vergogne : avoir un sens de l’orientation, donc de la géographie du monde, hors du commun, vraiment hors du commun (il prétend aller plus vite que n’importe quel GPS : ndlr) et parle sept langues quasi couramment et peut se faire comprendre dans cinq autres. Question destinations ou pays préférés, sept paysages lui viennent de suite à l’esprit : le Vert de l’Ouest Irlandais, les Fjords Norvégiens, le Bleu et Blanc des îles Grecques, les Cirques de la Réunion, les Dunes de Sable du Ténéré, les Icebergs du Groenland, et les Rues pleines de vie de Bangkok en Thaïlande. Ainsi de toutes ses pérégrinations : il sait que cinq choses le fascinent plus que tout: l’Immensité des Déserts, l’Inaccessible des Volcans, l’Intensité des Glaciers et des Icebergs, le‘Haka’ des All Blacks et la Force Tranquille des Eléphants. De Queenstown en Nouvelle Zélande jusqu’à Illulissat au Groenland et de Johannesburg à Bangkok, il a roulé sa bosse, lui prétend surtout qu’il a ouvert ses yeux, et que ses voyages, tous ses voyages c’est son université permanente. http://www.infotravel.fr/voyages-insolites/compagnie-volotea-deploie-ailes/

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *