Hôtel Océania Nantes: Couette moelleuse au bord du tarmac.

Hôtel Océania Nantes affiche 25 ans d’âge, n’a pas pris une ride, et c’est l’adresse de référence au bord des pistes de l’Aéroport Nantes Atlantique.

Hôtel Océania Nantes

Passé par une cure de jouvence il y a dix ans, notamment pour la rénovation quasi totale de ses 87 chambres, l’hôtel Océania de l’aéroport Nantais est l’escale de choix avant un vol matinal, qu’il soit à vocation affaires, ou bien pour des vacances au long cours.
Seul établissement 4 étoiles, situé au plus près des aérogares, la zone hôtelière ne compte d’ailleurs que 3 établissements au total, dont un appartenant à la même chaîne et baptisé ‘Escale Océania’.

Tous les voyageurs au monde vous le diront, il existe des adresses indispensables avant tout voyage, qui sont tant des oasis de calme, que des havres de repos, avec tout ce que l’on attend d’un hôtel en matière d’équipements. Des adresses et contacts, que certains businessmen gardent jalousement secrets, tant la demande peut être forte dans ce type d’hôtels, en fonction notamment des départs en période de pointe, mais aussi des foires et salons, quand ce n’est pas des séminaires qui s’y déroulent in situ.
En effet, un nombre non négligeable de sociétés, donnent parfois rendez vous à ses cadres dirigeants, une à plusieurs fois par an, pour des séminaires ou réunions de travail, où la présence physique est indispensable. Ainsi, quand les participants arrivent des quatre coins de France par la voie des airs, quoi de mieux qu’un hôtel d’aéroport, également bien relié par une navette directe à une gare SNCF pour ceux qui viendraient par le train. Ainsi pas de temps de perdu en centre ville, tout est sur place.

26339379

A ce sujet, l’hôtel Océania de l’aéroport Nantes Atlantique est bien équipé en la matière. Avec 3 salons en un, comme le Jules Verne (un clin d’œil au célébrissime romancier d’origine Nantaise : NDLR), l’hôtel joue aussi sa proximité avec l’Océan en ayant baptisé ses autres salons des noms de célèbres navigateurs : comme Bougainville, La Pérouse ou encore Cartier…
On trouve également dans cet hôtel, quelques chambres bureaux, quant un patron de PME est de passage, et qu’il désire rencontrer pas plus de 4 à 5 collaborateurs, il les convoque dans sa chambre.
Oui vous avez bien lu, dans sa chambre spécialement équipée. Le lit s’escamote en s’encastrant dans le mur, et une table articulée se déploie pour accueillir et réunir sa petite équipe. On peut même y prendre une collation, ou un vrai repas, à la demande sans avoir à rejoindre le restaurant. Encore un gain de temps pour des patrons pressés et qui peuvent tenir un petit séminaire sans avoir à louer une salle surdimensionnée.

53f76f2577d69_Salle-de-bain-avec-rain-shower---Hôtel-Oceania-Nantes-Aéroport-4-étoiles

Certains patrons feraient d’ailleurs des tours de France, afin de visiter leurs agences et collaborateurs, sans perdre de temps, en privilégiant ainsi cette formule de chambres bureaux.
Précisons que les autres salles de séminaires classiques se transforment également en version banquets à l’issue des réunions, avec là aussi une restauration à la carte fournie par l’hôtel.

Car c’est l’autre atout de cet hôtel que de posséder un restaurant digne de ce nom, qui est d’ailleurs, en dehors d’une pizzeria, la seule offre de restauration si proche de l’aéroport. Avec une carte gastronomique qui balance entre les tentations marines (l’océan n’est qu’à 35km) et les influences ligériennes (Val de Loire oblige) la carte suit les saisons et met à l’honneur les pêcheurs du Croisic, les maraîchers Nantais et les Vignerons de la Vallée de la Loire.
Ce n’est vraiment pas un restaurant d’hôtel mais bien un restaurant gourmand et gourmet situé dans un hôtel, et les différentes grosses entreprises sur site ne s’y sont pas trompés et le fréquentent assidument.

26440164

Aussi, le petit déjeuner buffet baptisé « Momento » propose une offre aux voyageurs venus de tous les horizons qui sauront y recharger les batteries avant un long vol. C’est d’ailleurs à cette heure de la journée que l’aéroport se rappelle à votre bon souvenir tant vous serez également surpris de boire votre café environné de belles hôtesses de l’air et de commandants de bord déjà en train de faire leur ‘check list’ d’avant vol ou quelque chose qui y ressemble.

Ce petit déjeuner buffet et l’horaire matinal de convocation à votre vol, sont les deux raisons de quitter votre chambre à regret tant le confort de la literie et le calme absolu y est proverbial. Des chambres high-tech très bien équipées et très fonctionnelles.

340168003

Avec un postulat très orienté sur l’international, avec une clientèle venue des cinq continents, l’hôtel Océania a su tisser une relation de confiance avec tous ses hôtes, qu’ils soient en décalage horaire, ou bien un rien fébriles, quant à leur heure d’arrivée et de départ, toujours entre deux avions, entre deux mondes, l’hôtel Océania les rassure le temps de leur halte.

Bien entendu, l’avenir de cet hôtel (comme les autres d’ailleurs) est suspendu à cet épineux, délicat et alambiqué dossier du futur aéroport Nantais. Bien rusé celui qui détient la réponse à ce sujet. En attendant, à Nantes Atlantique, tout fonctionne à merveille, ce n’est pas la place qui manque, et cet aéroport moitié affaires, moitié vacances vit sa vie du mieux possible.

© Richard BAYON.

http://www.oceaniahotels.com

À propos de l'auteur

Richard BAYON est un Parisien émigré en Touraine, qui a vécu tantôt dans la capitale, tantôt dans la cité Tourangelle. Parfois, il dit vivre entre Seine et Loire, mais c’est bel et bien au bord du fleuve classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité (‘World Heritage’ en anglais) qu’il vit, et même très exactement à 150m de l’indomptable Loire.Atteint d’une maladie incurable appelée ‘la bougeotte’ ou ‘la voyagite aigue’, il totalise 107 nations, pays et autres terres éloignées au compteur. Des pays, où il a séjourné de quelques heures à plusieurs mois, dont certains états où il a eu l’occasion d’y passer et repasser plus de 40 fois.Affublé par un confrère Grand Reporter du joli sobriquet de ‘Morpion de Carlingue’ parce que passionné d’aviation commerciale, et de transport aérien en général, il prétend avoir pris l’avion près de deux mille fois sur les cinq continents mais s’impatiente d’avoir encore tant de choses à voir.Sur sa réussite, l’homme est très critique, mais aussi réaliste : ‘je ne sais pas, ou n’ai pas fait un milliard de choses, que tout un chacun sait, connaît, ou a fait ; mais j’ai fait, vu et rencontré un milliard de choses que beaucoup ne verront sans doute jamais.Au chapitre des prétentions, il en affiche deux sans vergogne : avoir un sens de l’orientation, donc de la géographie du monde, hors du commun, vraiment hors du commun (il prétend aller plus vite que n’importe quel GPS : ndlr) et parle sept langues quasi couramment et peut se faire comprendre dans cinq autres.Question destinations ou pays préférés, sept paysages lui viennent de suite à l’esprit : le Vert de l’Ouest Irlandais, les Fjords Norvégiens, le Bleu et Blanc des îles Grecques, les Cirques de la Réunion, les Dunes de Sable du Ténéré, les Icebergs du Groenland, et les Rues pleines de vie de Bangkok en Thaïlande.Ainsi de toutes ses pérégrinations : il sait que cinq choses le fascinent plus que tout: l’Immensité des Déserts, l’Inaccessible des Volcans, l’Intensité des Glaciers et des Icebergs, le‘Haka’ des All Blacks et la Force Tranquille des Eléphants.De Queenstown en Nouvelle Zélande jusqu’à Illulissat au Groenland et de Johannesburg à Bangkok, il a roulé sa bosse, lui prétend surtout qu’il a ouvert ses yeux, et que ses voyages, tous ses voyages c’est son université permanente.http://www.infotravel.fr/voyages-insolites/compagnie-volotea-deploie-ailes/

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *