VALLOIRE : Entre Col du GALIBIER et Mont THABOR.

VALLOIRE : Entre Col du GALIBIER et Mont THABOR, bienvenue au-dessus de la Vallée de la Maurienne

La Vallée de la Maurienne qui est si belle, que les enfants des autres vallées, ont les oreilles pointues quand leurs parents les soulèvent à bout de bras, par leurs oreilles justement, pour admirer la vibrante et sémillante Maurienne.
Ceci n’est qu’une blague régionale bien sûr, rassurez vous, point d’enfant à martyriser de la sorte, la Vallée de la Maurienne et ses stations, comme celle de Valloire, s’apprécient en grimpant depuis Saint Michel de Maurienne ou encore Modane, dès votre descente du TGV, ou bien dès la sortie de l’autoroute A43 toute proche.

Après une bonne vingtaine de minutes de montée sportive, avec ses virages en épingles à cheveux et autres lacets, la station de Valloire ne se dévoile qu’au dernier moment ou presque, blottie dans sa cuvette de moyenne altitude située à 1450m. Bienvenue chez les près de 1200 Valloirins (10 fois plus en saison de ski) vivant ici à l’année. Un gros bourg fait de pierre et de bois, aux maisons massives recouvertes de tôles esthétiques et de dernière génération, permettant le délestage de la charge de neige. Un centre de village, cerné de chalets plus ou moins contemporains tous proches des nombreuses remontées mécaniques.

Une commune particulièrement bien équipée avec 2 télécabines, 17 télésièges et 11 téléskis. Permettant un débit total de plus de 24 000 skieurs à l’heure, de quoi satisfaire les descendeurs avides de nombreuses rotations et performances de vitesse. Skieurs, Surfeurs des neiges et autres performeurs apprécient un domaine skiable raisonnable, s’étalant depuis 2600m d’altitude jusqu’au village, sur un territoire communal s’étageant depuis 3514m d’altitude (point le plus haut) jusqu’à 691m pour le point le plus bas de la commune.
Un domaine skiable relié à celui de la station voisine de Valmeinier 1800, qui double ainsi les opportunités de pistes à emprunter selon le niveau de chacun.

Il faut dire qu’ici à Valloire c’est aussi le panorama offert à 360° qui est des plus appréciés par les habituels clients venus dans la plus méridionale commune de Savoie. Située sur la route des Grandes Alpes allant du Lac Léman à la Méditerranée, Valloire est une étape importante, pas seulement pour le Tour de France, qui connaît bien cette route, entre Col du Télégraphe et le Col du Galibier (2646m). En effet, Valloire et son domaine skiable offre un environnement des plus préservé, fait d’alpages d’où l’on peut observer plusieurs sommets devenus célèbres pour des raisons bien différentes.

Ainsi d’Ouest en Est, on peut contempler les Aiguilles d’Arves culminant à 3510m, des sommets devenus mondialement célèbres depuis qu’ils illustrent l’étiquette de l’eau d’Evian. Puis, continuant cette vision panoramique d’Ouest en Est, on notera le côté Himalayen de la Cime de Caron (3198m), totalement enneigée en direction du Nord. Vers l’Est votre regard, si le temps est bien dégagé, marquera un temps d’arrêt sur le Mont Thabor et ses 3181m, reconnaissable entre mille par son côté Pain de Sucre, où la roche domine au sommet. Certains montagnards vous diront que c’est par cette voie naturelle que des loups venus d’Italie ont repeuplés les Alpes Françaises.
Enfin, terminant notre découverte visuelle à 360° on notera, même si ce n’est pas le plus haut, l’Aiguille Noire, qui ne culmine qu’à 2867m et qui tire son nom du fer qu’elle contient naturellement dans sa roche, attirant de fait la foudre, toujours en premier par temps d’orage. Un pic impressionnant et sombre.
Enfin, à tout Seigneur tout honneur, le mythique Galibier, qui a éreinté plus d’un coureur cycliste, est le col qui vous fait basculer vers son autre petit voisin le Lautaret, avant une redescente soit vers Briançon, soit vers la Grave.

Valloire et son domaine vous fait basculer des Alpes du Nord vers les Alpes du Sud, une frontière invisible mais bien réelle en climatologie de montagne.

Ainsi pour parer au dérèglement climatique et satisfaire ses hôtes clients la SEM Valloire (syndicat d’Economie Mixte) gérant la station a engagé un plan d’équipement étalé sur dix ans (2015-2025), avec un budget prévu de 28 Millions d’€ au total. Rien, que depuis cet Eté 2017, 4 millions d’Euros de travaux ont été investis pour accueillir les clients de cette saison de sports d’hiver 2017-2018. Principal outil inauguré récemment, une salle des machines permettant de traiter l’eau et de la redistribuer vers les différents diffuseurs de neige de culture. Une procédure indispensable en début de saison permettant de réaliser une sous couche stable et de qualité pour une bonne tenue du manteau neigeux tombé par la suite.
Ainsi en 2017, la station dispose de 400 enneigeurs, pour la plupart de génération récente, et diffusant ainsi de la bonne neige en début de saison.

OF-TOUR-VALOIRE-MONT

Ainsi, Valloire, bourg typique de montagne sait cependant combiner traditions montagnardes et adaptation aux loisirs des deux saisons (Eté – Hiver) oeuvrant pour plaire à tout public ou presque, sans y perdre son âme.

Valloire entre Sud et Nord est à découvrir ou redécouvrir tant la montagne a plus d’un atout pour séduire.

 

www.valloire.com

À propos de l'auteur

Richard BAYON est un Parisien émigré en Touraine, qui a vécu tantôt dans la capitale, tantôt dans la cité Tourangelle. Parfois, il dit vivre entre Seine et Loire, mais c’est bel et bien au bord du fleuve classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité (‘World Heritage’ en anglais) qu’il vit, et même très exactement à 150m de l’indomptable Loire. Atteint d’une maladie incurable appelée ‘la bougeotte’ ou ‘la voyagite aigue’, il totalise 107 nations, pays et autres terres éloignées au compteur. Des pays, où il a séjourné de quelques heures à plusieurs mois, dont certains états où il a eu l’occasion d’y passer et repasser plus de 40 fois. Affublé par un confrère Grand Reporter du joli sobriquet de ‘Morpion de Carlingue’ parce que passionné d’aviation commerciale, et de transport aérien en général, il prétend avoir pris l’avion près de deux mille fois sur les cinq continents mais s’impatiente d’avoir encore tant de choses à voir. Sur sa réussite, l’homme est très critique, mais aussi réaliste : ‘je ne sais pas, ou n’ai pas fait un milliard de choses, que tout un chacun sait, connaît, ou a fait ; mais j’ai fait, vu et rencontré un milliard de choses que beaucoup ne verront sans doute jamais. Au chapitre des prétentions, il en affiche deux sans vergogne : avoir un sens de l’orientation, donc de la géographie du monde, hors du commun, vraiment hors du commun (il prétend aller plus vite que n’importe quel GPS : ndlr) et parle sept langues quasi couramment et peut se faire comprendre dans cinq autres. Question destinations ou pays préférés, sept paysages lui viennent de suite à l’esprit : le Vert de l’Ouest Irlandais, les Fjords Norvégiens, le Bleu et Blanc des îles Grecques, les Cirques de la Réunion, les Dunes de Sable du Ténéré, les Icebergs du Groenland, et les Rues pleines de vie de Bangkok en Thaïlande. Ainsi de toutes ses pérégrinations : il sait que cinq choses le fascinent plus que tout: l’Immensité des Déserts, l’Inaccessible des Volcans, l’Intensité des Glaciers et des Icebergs, le‘Haka’ des All Blacks et la Force Tranquille des Eléphants. De Queenstown en Nouvelle Zélande jusqu’à Illulissat au Groenland et de Johannesburg à Bangkok, il a roulé sa bosse, lui prétend surtout qu’il a ouvert ses yeux, et que ses voyages, tous ses voyages c’est son université permanente. http://www.infotravel.fr/voyages-insolites/compagnie-volotea-deploie-ailes/

Page archive de l’auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *