Il pleut des parapluies aux Philippines

Si les occidentales prônent le culte du bronzage, d’autres, comme les asiatiques rêvent d’un teint de porcelaine.

Dans les pays de l’Asie du Nord, certaines femmes vont jusqu’à consommer des produits cosmétiques garantissant le blanchiment de la peau, qui ne sont pas non sans danger. D’autres se contentent de se protéger du soleil à l’aide d’une ombrelle ou d’un couvre-chef. En Asie du Sud-Est, elles n’hésitent pas à sortir le parapluie…

Depuis des siècles, le culte de la blancheur immaculée sévit dans les pays du Nord de l’Asie comme le Japon et la Corée du Sud. De sorte que nous avons des représentations extrêmes, fantomatiques où le visage est recouvert d’une poudre blanche nommée « L’oshiroi » (Utilisée par les Geishas, les acteurs du théâtre japonais Kabuki, etc.). Plus qu’une mode, conserver une peau blanche sans tâche, zéro défaut, est un art appartenant aux personnes bien-nées mais qui se répand par la suite au sein de la population japonaise. Puis l’idée séduit et s’exporte en Chine et en Asie du Sud-Est. Dès lors, ces femmes ne sont pas épargnées par ce culte de la blancheur, synonyme de perfection, de luminosité, de pureté, de beauté…
Si en occident, le rayon de soleil est garant d’une bonne mine, pour d’autres c’est l’ennemi n°1. Ray-Ban ou parapluie ? A chacune son idéal, à chacune son clan.
Les philippines ont choisi : dans les rayons cosmétiques, les crèmes de jour sont anti-UV ou blanchissantes. Mais cette obsession de la pâleur reste mesurée : elles ne se couvrent ni le cou, ni les bras, ni les mains.

Quoi qu’il en soit, le parapluie reste un accessoire salutaire et utile pour se protéger de la chaleur et gagner un peu d’ombre dans ces îles tropicales. Que ce soit à Manille, dans les villes, à la campagne, ou à la plage, qu’il fasse beau, qu’il vente, ou qu’il pleuve, le parapluie règne…

Aurelie Sadoine


Agrandir le plan

À propos de l'auteur

Robert Kassous à été le responsable Tourisme à l’Obs pendant près de 20 ans.Photographe, reporter, il a créé et dirigé le Magazine Week-end du Nouvel Observateur. Après un passage d’un an chez Challenges et Sciences et Avenir, il se consacre désormais à son site Infotravel.fr dont il assure le développement grâce à sa formation à Sciences PO Paris Master 2 en Management des Médias et du Numérique. Il collabore à différents magazines print ou web comme Historia, Tourmag, A/R, Cuba Magazine. Passionné de Voyages et de rencontres, il a créé et animé les déjeuners Tourisme de l'Obs pendant 10 ans. Il est également l’invité de grands médias français pour son expertise sur le tourisme, LCI, Soir3, Europe 1, AFP etc. Administrateur du PressClub depuis 2011, il organise avec Isabelle Bourdet, la directrice générale du PressClub de France, des déjeuners afin de connaître toutes l'actualité des Offices de Tourisme, Tours Opérateurs, Compagnies Aériennes, ainsi que toutes les institutions représentatives des professions liées au Tourisme. Avec le Sociologue Guillaume Demuth, il anime des conférences en entreprise ou sur des salons comme le Salon Mondial du Tourisme, Top Résa etc . L'idée étant de comprendre et anticiper les différents changements de comportement des touristes, connaître l’impact des nouvelles technologies, leurs applications et implications dans le monde du Tourisme. Robert est membre de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT)

Page archive de l’auteur

2 Commentaires

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *