Désert d’Atacama, On a marché sur la Lune

Situé dans le nord du Chili, coincé entre l’océan pacifique et la cordillère des Andes, bordé de volcans perchés à 6000 mètres, l’Atacama joue le rôle de frontière naturelle entre le Chili, la Bolivie et l’Argentine. Ce désert, froid la nuit, chaud le jour est le site préféré des professionnels et passionnés d’astronomie. Les indiens, descendants des civilisations pré-colombiennes, peuplent majoritairement cette région du monde où il ne pleut quasiment jamais. Destination : San Pedro De Atacama et quatre jours intenses.

Première étape : vous rendre à Santiago du Chili. Entre 12 et 48 heures d’avion depuis Paris CDG selon votre compagnie. Arrivé à Santiago, il ne vous reste plus qu’à rejoindre la ville de Calama. Pour cela à vous de voir. deux heures d’avion sur Lan Chile, 24H de voiture ou 26H de bus.
Quel que soit le moyen de transport que vous aurez choisi, vous arriverez à Calama, une ville peuplée essentiellement d’ouvriers (indiens) travaillant les richesses du désert comme le cuivre et le fer. Il fait chaud. De là, prenez un bus, un taxi, ou une navette, direction San Pedro de Atacama. 1H de trajet et premiers émerveillements.

San Pedro De Atacama est maintenant en vue. San Pedro, c’est petit. Des rues en forme de labyrinthe, des bars, des restaurants, des touristes (des français…), un passage de commerces traditionnels, une belle église, des chiliens et des indiens. Pour le logement, vous aurez l’embarras du choix, du plus simple au plus élégant (du camping sauvage à l’hôtel 5 étoiles).
Dans un désert, vous vous dites qu’ il n’y a pas grand chose à faire à part des excursions à chameau  (lama dans le cas présent). Et bien non. Partons pour quatre jours d’aventures.

On a marché sur la Lune

Pour un premier jour, mieux vaut y aller en douceur. On commencera par une balade dans la Valle de la Luna. Vallée qui porte effectivement bien son nom. Un paysage mystérieux et extraordinaire qui n’est pas sans rappeler la Tunisie et ses plateaux de cinéma. Quelques heures de marche suffiront à vous faire rejoindre San Pedro. Profitez d’un bon repas, allez vous coucher ou bien buvez quelques Piscola ou PiscoSour dans les nombreux bars du coins.

Second jour. Partons maintenant un peu plus loin, au nord de San Pedro, en altitude. Imaginez-vous au beau milieu d’un désert où, sortie de nulle part, apparaît soudain une vallée entourée de cactus, de hautes herbes au milieu desquelles coule un ruisseau vert émeraude. Une température d’eau proche des 30 degrés. Après environ 4 heures de marche le long de la petite rivière (sans cesser de grimper), un morceau de paradis apparaît : des termes naturelles, Las Termas de Puritamas. Moment de détente absolue. Il est temps de rentrer au pueblo. Trois solutions, à pied, en voiture (stop, navettes…) où en vélo. Sensations fortes garanties, 3H de descente sur des chemins de terre accidentés, cabossés, entourés de volcans (dont certains enfumés). De retour à San Pedro. Mangez, profitez d’un ciel étoilé unique au monde, et au lit. Ou alors la fête, ce qui se fait très bien aussi.

Des dunes et des volcans

Troisième jour, direction les dunes. Là vous comprendrez pourquoi ces messieurs d’ASO ont décidé d’embarquer les concurrents du Dakar dans cette nature (soit disant pour fuir les menaces de certaines contrées africaines). Lors de l’édition précédente, la plupart des engagés, dont les meilleurs, n’arrivaient pas à franchir les dunes. Les villageois du coin venaient avec des petites jeeps les désembourber avec de simples cordes…Dans ces dunes, 3 activités: la marche, le cheval ou alors pour ceux qui aiment le surf ou le skate: le Sand Surf ou Surf des sables, où vous vous frotterez aux meilleurs pratiquants du monde. Des activités, sous une chaleur à déshydrater un chameau, qui vous feront retomber en enfance.

Le dernier jour, partons loin. Très Loin. Et surtout haut très haut. Là mieux vaut prévenir. Non sportif s’abstenir. 4500 M d’altitude par 40 degrés et 7H de randonnée n’est pas donné à forcément à tout le monde. 5H de voiture pour arriver aux pieds des volcans les plus hauts de la région. Au pied des volcans, qui semblent vous surveiller et discuter entre eux, des geysers par centaines et des flamants roses. En route pour une journée de marche et d’éblouissements. Vous croiserez des lapins géants (sorte de croisement entre renard et lièvre) ou des plantes qui n’existent que là bas.

Retour à San Pedro. Une dernière nuit et il est malheureusement temps de quitter Atacama. Là soit vous tombez malade à cause de l’altitude, soit à l’idée de rentrer chez vous.

Infos pratiques:

Paris – Santiago du Chili : A partir de 850 euros vol direct A/R avec Air France
Santiago du Chili – Calama : A partir de 400 euros A/R avec Lan Airlines

http://www.sanpedroatacama.com/
http://www.visit-chile.org/


Agrandir le plan

  • Instragram d’InfoTravel

    Loading...

2 réponses à Désert d’Atacama, On a marché sur la Lune

  1. voyage Chili dit :

    C’est photos du désert le plus aride du monde sont vraiment superbes. On pourrait les croire prises d’un autre monde.

  2. Loly dit :

    Merci de m’avoir fait découvrir une autre planète

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>